GE - Une photo par jour

Max Jacot



un mois d'images

Pour parcourir les images de l'auteur: la présence de l'auteur au long des années du site est visible et cliquable sur la droite.

Juin 2011

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1837_g2.jpg

30.06.2011 - prémonition ?

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1836_g2.jpg

29.06.2011 - "the Praha scratch = WOLF WOOman cruising on the Vltava" by dj whiteshoe

once upon a time in the shadow of the Carpats, falling in love was the willingness of pulling the wolf out of the woman and listening to its howling

[sur des shoots de Praha la silencieuse et big BOS]

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1835_g2.jpg

28.06.2011 - la belle Josepha lui avait implanté un système qui capturait ses images mentales d'aveugle

charles le Rayon noir était devenu peu à peu aveugle, mais la poursuite de l'image traversante n'avait pas cessé de lui servir de raison de vivre

après un banal accident de scooter, les albanais avaient profité de ses quelques heures de coma léger et avaient fait appel à Josepha Mengele, une belle femme à la pointe de la recherche en technologies de l'image

elle lui avait implanté un système qui capturait ses images mentales d'aveugle et les restituait à la surface de sa lunette droite

lui-même ne s'en rendait pas compte, dans sa nuit imaginaire

bien sûr, c'était parfois un peu indécent de contempler la projection de ses images fantasmatiques (quand c'était une tête de cygne, passe encore...) et dans la rue les passants bien pensants était souvent sur le point de le lyncher - c'est pourquoi on restait avec lui et qu'on l'évacuait en vitesse quand les rues viraient au coupe-gorge pour lui

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1834_g2.jpg

27.06.2011 - l'humaniste et les lunettes psycho-trop-nigues, sex scratch by dj whiteshoe

je me réjouis tant de la sublime et fameuse année 2017, quand on pourra enfin baiser les nanas sans approche fastidieuse, avec des outils technologiques à la hauteur, grâce aux lunettes psychotronique
le secret de cette méthode est l'inversion de l'effet Kirlian: au lieu de photographier le corps avec son aura en "augmentant " la vision, de la diminuer en capturant le corps après soustraction optiques de ses habits
nous ne possédons malheureusement aucun des clichés historiques de Valentina Kirlian prise par son mari, mais notre ami l'Humaniste, un des plus passionnés chercheurs de la méthode, que rien n'arrête quand il part en chasse, en a donné de convaincantes restitutions, malheureusement déformées dans la hauteur

Ref:
"La psychotronique s'est développée en Russie et dans les pays de l'ancien bloc soviétique durant la guerre froide. On peut noter les travaux de L. Vassiliev et des tchèques : Dr Franti?ek Kahuda et Dr Zdeněk Rejdk. La psychotronique affirme que s'il y a un effet psi, celui-ci traverse tous les matériaux puisqu'il peut agir à distance ; d'autre part, cette propriété supposée se joint à une impossibilité à expliquer le psi avec les connaissances physiques actuelles (aucune des quatre forces connues ne supporte l'hypothèse psi)."
"La PSYCHOTRONIQUE est une tentative, répandue surtout dans les pays de l'Est, pour réduire les phénomènes parapsychologiques à des phénomènes physiques, voire électriques."
"Le procédé dit photographie Kirlian (ou effet Kirlian) a été découvert accidentellement en 1939 par le technicien russe Semyon Kirlian et sa femme Valentina Kirlian. Les clichés Kirlian montrent un halo lumineux autour d'un objet. Pour Kirlian et ses successeurs, attachés au domaine de la parapsychologie et des médecines énergétiques, la photographie Kirlian serait une manifestation de l'aura humaine."

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1833_g2.jpg

26.06.2011 - fureur nocturne

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1832_g2.jpg

25.06.2011 - le duel photographique et le paysage bucolique

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1831_g2.jpg

24.06.2011 - "un rocker chez les bouseux" - sampling campagnard par dj-whiteshoe

les shoots sont de joseph le Maigre, panchoV, silverShoot et la Biche

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1830_g2.jpg

23.06.2011 - street scratch by dj whiteshoe

with shoots from gab la Biche, Unnamed archive, panchoV, silverShoot et sweet Ophélie

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1829_g2.jpg

22.06.2011 - dj whiteshoe au pic scratch

avec des shoots de l'Humaniste, italo Deluxe, gab la Biche, Ygy Venezia, the big BOS et cloclo Laniz

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1828_g2.jpg

21.06.2011 - ... avec une sauce italienne...

"puisque tu as mangé de l'arbre, le sol sera maudit à cause de toi - c'est à force de peine que tu en tireras ta nourriture tous les jours de ta vie - il te produira des épines et des ronces, et tu mangeras de l'herbe des champs"

alors la femme et l'homme se couchèrent à même le sol maudit, s'emplirent les poumons de l'odeur de la boue, ils aimèrent leur peine, ils se bougèrent les fesses pour créer leur nourriture, trouvèrent belles les épines et les ronces qui leur donnèrent des baies et mangèrent avec délices l'herbe des champs, avec une sauce italienne... l'un et l'autre enfilèrent un slip, ils baisèrent de temps à autres et eurent beaucoup d'enfants qui se mirent à guigner par le trou de la serrure dans la chambre à coucher, et ainsi de suite...

[je suis pas certain, mais j'ai l'impression de pas avoir tout à fait compris certaines choses...]

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1827_g2.jpg

20.06.2011 - C'est pas moi, c'est elle !

"Alors ils entendirent la voix de l'Éternel Dieu, qui parcourait le jardin vers le soir, et l'homme et sa femme se cachèrent loin de la face de l'Éternel Dieu, au milieu des arbres du jardin.

Mais l'Éternel Dieu appela l'homme, et lui dit: O es-tu?"

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1826_g2.jpg

19.06.2011 - concentre-toi sur un détail insignifiant, alors le tout t'apparaîtra dans sa splendeur

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1825_g2.jpg

18.06.2011 - les serpents informatiques...

"L'Éternel Dieu dit au serpent: Puisque tu as fait cela, tu seras maudit entre tout le bétail et entre tous les animaux des champs, tu marcheras sur ton ventre, et tu mangeras de la poussière tous les jours de ta vie."

[éloge de la poussière - en rangeant mon atelier...]

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1824_g2.jpg

17.06.2011 - "tu es poussière, tu retourneras à la poussière"

je suis bien content que le seigneur ait dit ça

[éloge de la poussière - en rangeant mon atelier...]

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1823_g2.jpg

16.06.2011 - belles quand elles venaient vers vous la nuit pour vous tuer

"je me souvenais aussi de comment les balles traçantes de 50 pouvaient être belles quand elles venaient vers vous la nuit pour vous tuer, si lentes et si gracieuses, si loin de quoi que ce soit pouvant vous faire du mal..." (Michael Herr dans Putain de mort)

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1822_g2.jpg

15.06.2011 - une lame allait venir

ça faisait la sixième guerre - il avait toujours été présent
aujourd'hui il était vieux et seul
il n'avait jamais été vaincu et il se sentait fatigué
peut-être qu'une lame allait venir aujourd'hui et mettre fin à son personnage

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1821_g2.jpg

14.06.2011 - the killing in a summer afternoon

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1820_g2.jpg

13.06.2011 - en été le sournois se dissimule dans l'ombre

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1819_g2.jpg

12.06.2011 - tourner un film

fatigué de l'image fixe, il avait voulu tourner un film
il avait obtenu assez facilement un budget d'une certaine importance
mais le scénario n'était pas très défini et il finit par se retirer dans une sorte de folie de l'imprécision et de l'aléatoire
dans chaque recoin du plateau de tournage erraient de petits personnages dont on ne comprenait pas bien la présence dans l'histoire
mais au fond, tout le monde était assez heureux sur ce film et nous passions de très belles journées dont nous allions nous souvenir très longtemps

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1818_g2.jpg

11.06.2011 - Zora la Transparente avait choisi la nuit

la difficulté de la tâche la fascinait: comment cerner et retenir le réel des corps alors que la nuit ne cesse de les habiller de mensonges
son hypothèse était que pour saisir et répéter les êtres, il suffisait de les shooter indifféremment et sans cesse: tous les mensonges de tous les corps de la nuit étaient finalement équivalent et se retrouvaient au hasard dans les fantasmes que les yeux des voyeurs désiraient tant faire apparaître même fugacement

le Stuyvesant club était désert ce soir-là, la déco était toujours aussi branchée, verte et noire, l'électricité crépitait dans les millions de petits circuits sur les parois et dans les rideaux
on disait que le rayonnement des circuits pénétrait les corps pour les détruire lentement
mais on s'en foutait !

la Transparente trouva quand même quelque chose à se mettre sous la dent quand débarquèrent Lola et Simone - elle leur paya quelques Sex on the Beach et les shoota de tout près en leur débitant des conneries - puis elle passa encore chez Serge le Tireur et lui laissa les cartes mémoires en lui demandant des grand formats pour le lendemain

elle laissa Serge en train de râler comme toujours et rentra se coucher, heureuse de retrouver dans ses draps sa propre odeur enfin dépouillée de tous les parfums, odeurs de sushis et after shave de luxe qui l'avaient agressée toute la journée

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1817_g2.jpg

10.06.2011 - Gab la Biche n'aimait pas se poser des questions ...

Il déboula dans la rue noire en shootant sur tout ce qui émergeait de sa nuit. La large tignasse crépue capturait à elle toute seule la maigre lumière et scintillait sur le gris des maisons, entourée d'une aura surnaturelle de gouttelettes de sueur.

Gab la Biche (ceux qui le connaissaient mal l'appelaient L'Hirsute) n'aimait pas se poser des questions. Il descendait dans le réel comme un coq quittant son perchoir et ses poules avant l'aube et parcourant sa ruelle pour jeter hors du sommeil les endormis.

Il ne savait même pas qu'il était lui aussi captif de la quête de la "méthode". Nous, nous le savions. Et nous faisions en sorte de nous trouver souvent sur son passage: il ne fallait pas laisser perdre cette débauche d'énergie ! On prenait bonne note de ses moindres faits et gestes: on y trouverait bien un jour des indications utiles et profitables pour nous les vieux chercheurs d'or.

La silencieuse s'était chargée de lui cette nuit-là, elle le suivait à quelques maisons de distance. Elle ne se dissimulait même pas: elle, elle ne pensait jamais à mal.

Elle se signa religieusement après avoir conçu l'idée que ce qu'elle poursuivait ainsi paraissait vraiment une tête vivante se déplaçant au sommet d'un zombie gris. La silencieuse ne comprenait vraiment rien au fonctionnement du gamin mais elle admirait son insolence. Elle décida d'abandonner et rentra dormir.

Vers 6 heures du matin, on vit la Biche débarquer chez l'Humaniste avec un gâteau trop sucré dans un carton rose chocolaté. Une caméra de surveillance l'avait enregistré quelques minutes plus tôt dans le parc des bécoteurs qui se léchaient le museau avant de partir pour une journée de boulot. Il fit un clin d'oeil à la caméra et passa son chemin.

On ne savait franchement pas vraiment s'il se foutait pas de nous !

Au moins il n'avait pas disparu. A 6 heures 15 pile, on ouvrit l'ordre du jour de la séance avec des comptages de shoots, des projets de slips burlesques et de nouvelles accointances plus ou moins louches.

Moi j'étais convaincu depuis longtemps que c'était pas comme ça qu'on allait faire avancer la méthode.

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1816_g2.jpg

09.06.2011 - d'ailleurs !

l'oeil obscurcit le ciel, l'image obscurcit l'oeil, la femme traverse l'image, l'ombre obscurcit l'homme, l'homme brise la boîte, la boîte laisse échapper son âme, l'homme met la femme sur son oeil et lui parle, le ciel emplit l'âme de la femme, le ciel se brise en nuages, la femme rit et perce l'homme, la lumière descend, la ville n'y comprend rien et s'en fout
d'ailleurs !

[broken eyes and broken lenses]

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1815_g2.jpg

08.06.2011 - le cheval abandonné

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1814_g2.jpg

07.06.2011 - je m'appelle natacha - c'est pas de ma faute

je suis pas russe et je hais ce ringard de gilbert bécaud
le patron m'envoie chaque jour traquer les jeux plus ou moins glauques des petits papes de la culture locale qu'ils prétendent artistique
probablement que ça lui rapporte et que ça fait vendre sa poubelle médiatique gratuite
en plus je dois me farcir, dans le train, dans le bus et dans les rues, tous les ploucs qui s'empiffrent aux 20 minutes de gavage quotidien des oies obéissantes auquel je participe même avec mes articles pour gagner ma croûte

ça me rapporte pas grand chose, mais je bouffe
et j'en profite sournoisement pour jeter ma petite pierre dans la soupe sucrée qu'on leur fait avaler
j'amène ma petite pollution dans leurs rêves roses un peu fachos

le patron veut rien que des images
si elles ont rien à voir avec le sujet, il s'en fout
paraît que sans images ils voient même pas qu'y a quelque chose sous leurs yeux

et il me refile chaque semaine tous les derniers petits gadgets à la con, caméra qui reconnaît les sourires (elle doit pas me reconnaître souvent !), petite boîte qui me parle (et qui se fait copieusement insulter en retour) et qui prétend me dire par o je dois décarrer avec mon boguet pour traverser la ville
je l'entends déjà venir avec un lecteur psy dernier modèle qui me dira quand je dois baiser...

d'ailleurs je baise pas !
tous les mecs qui me tournent autour se vantent de leur p'tit engin comme d'une mécanique chromée dernier modèle
tu crois que je vais leur laisser me mettre un clignotant dans la culotte ?
pas conne à ce point
je suis vierge et je m'en porte bien

à part ça mon passe-temps favori c'est de générer des accidents pour réduire à néant les gadgets du patron - il comprend vraiment pas comment tout foire à ce point dès que ça arrive dans mes mains - certains jours je le trouve chou tellement il est con

ce jour-là j'avais décidé de prétendre que la p'tite boîte qu'il m'avait refilée deux jours plus tôt était passée sous un camion
c'était rigolo quand je l'ai éclatée avec un serre-joint de Fredo le vieux réparateur de boguets
on aurait presque dit que la petite boîte souffrait - merde ça m'a fait juter ...
je l'ai gardée comme trophée de chasse, juste à côté de mon lit, et je l'écoute mourir encore un peu la nuit

[the killing of the techno invaders]

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1813_g2.jpg

06.06.2011 - ne pas toujours vouloir savoir

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1812_g2.jpg

05.06.2011 - Sergio et son appareil russe

tandis que mon doigt patine sur le déclencheur, encore tout glissant de la sauce du poulet alla contadina mangé avec les mains

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1811_g2.jpg

04.06.2011 - mes amis Louis, Gertrude, Alfred, Simon et Sophie, s'élancent avec une belle passion pour me souhaiter la bienvenue, nos rencontres sont toujours très gaies et c'est un plaisir à chaque printemps qui revient

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1810_g2.jpg

03.06.2011 - des verts et des bleus

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1809_g2.jpg

02.06.2011 - sur mon visage, ce visage qui rit... ou ce visage qui crie... ou ce visage qui bâille...

et en plus qui profite de l'ombre de mon chapeau !

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1808_g2.jpg

01.06.2011 - l'incertitude




>> Envoyer un commentaire à la rédaction PhotOpera