GE - Une photo par jour

Max Jacot



un mois d'images

Pour parcourir les images de l'auteur: la présence de l'auteur au long des années du site est visible et cliquable sur la droite.

Juin 2010

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1472_g2.jpg

30.06.2010 - capturer le bruit de la lumière puis la tronçonner pour en faire de la musique

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1471_g2.jpg

29.06.2010 - exposition d'art contemporain réel

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1470_g2.jpg

28.06.2010 - her bones lay

her bones lay
today
calmly in a box
under a few feets
of ground

she was a warm
friend
near to my soul
in sound, noise or music

(
t'excite pas
mâteur de culs
je parle ici
d'amitié?
et
je ne donnerai pas
l'adresse
de sa tombe
)

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1469_g2.jpg

27.06.2010 - parce que

l'absence d'une maîtrise des mots
se frotte sensuellement
à l'imprécision du sens des images

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1468_g2.jpg

26.06.2010 - parce que - your naked foot

your naked foot on the ground is a door to your purest heaven

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1467_g2.jpg

25.06.2010 - parce que

l'hésitation de la création
dans un espace non maîtrisé
me donne des frissons

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1466_g2.jpg

24.06.2010 - SILENT 4 - des langues sans maîtrise pour moi

je me questionne souvent - quoi donc est-ce qui m'échauffe tant à
écrire dans des langues sans maîtrise pour moi
presqu'au bafouillement

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1465_g2.jpg

23.06.2010 - SILENT 3

je me demande parfois ?

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1464_g2.jpg

22.06.2010 - SILENT 2

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1463_g2.jpg

21.06.2010 - SILENT 1

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1462_g2.jpg

20.06.2010 - FURY 2

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1461_g2.jpg

19.06.2010 - Julie et Max mangent des boulettes au Royal à Ste-Croix

Julie et Max vont au cinéma
mangent des boulettes au Royal à Ste-Croix
en compagnie de kurdes
de turcs
et de drôles d'anarchistes

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1460_g2.jpg

18.06.2010 - FURY 1

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1459_g2.jpg

17.06.2010 - mode d'automne

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1458_g2.jpg

16.06.2010 - femme aux nombreux coeurs

dans le silence

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1456_g2.jpg

15.06.2010 - les amoureux et la cage

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1457_g2.jpg

15.06.2010 - le bleu du ciel

pas visible? cachée derrière la précédente

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1455_g2.jpg

14.06.2010 - Mes superbes rats de laboratoire, fidèles compagnons?

Je ne crois pas à la logique.

Et je mets souvent en colère contre moi-même, en constatant comme je me laisse prendre à regarder sans réagir mes textes glisser vers une explication ou justification, ou de ces sortes de théories politiques auxquelles je ne crois pas. La force doit venir de l'humain et non de la théorie.
Les images, elles, ne se soumettent heureusement pas à la logique.
Les paires texte-image dont je me sens heureux sont ceux qui restent courts, le texte ne disant pas plus que l'image et jouant dans le même registre mais disant autre chose, l'un et l'autre se glissant de petits coups de savate, comme de bons copains se bagarrant par amitié?

Je ne devrais donc pas écrire ce que je commence d'écrire en ce moment ! Oh trahison !

Mais que voulez-vous, si la chair est forte, l'esprit est faible. Et aujourd'hui, je ressens le besoin de quelques références à propos du fond et de la forme? pour ne pas vous laisser trop perplexes. Demain je m'insulterai copieusement, mais aujourd'hui je cède à l'explication.

Bien sûr que toute création est une interaction de pensée, d'action et de forme. Je te rejoins évidemment en celà, Francis, et quand je semble nier la forme, c'est une exagération burlesque et théâtrale.

Ma colère contre la forme me vient de l'excès de forme que je sens autour de moi et d'une évolution de la société clairement décidée à réduire à zéro la présence des forces sauvages de vie et de création, tout ce qui n'est pas ordré et bien formé.

J'ai toujours ressenti que la forme dans sa puissance d'action est intuitive.

En se durcissant dans sa phase objective, la forme prend volontiers un caractère d'autoritarisme.

La forme stabilisée et reconnue socialement recouvre à peu près les mêmes systèmes et fonctions que la publicité et le marketing: anesthésie de la "victime" (comme disaient si bien les publicitaires avant de cacher leurs vraies émotions sous des langages plus convenables), "suggestion" sur la victime (faire accroire au suggéré que ce qu'il pense vient de sa propre pensée), mise en confiance de la "victime" sur la valeur de l'objet (culturelle, financière), influence sur le désir d'achat?


Le respect de la forme sert aussi souvent à nier l'expression de forces populaires et naïves: j'ai souvent vu dans mon ascenseur, sur un mot pas très bien écrit tentant de poser un problème humain important, une faute d'orthographe barrée d'un gros trait de crayon: "moi je maîtrise l'orthographe, au moins, alors toi tu fermes ta gueule !" et plus personne ne voit le mot sans penser d'abord à la faute d'orthographe. Et le sujet important ne sera pas discuté? ou à peine et liquidé sans vergogne.

L'obsession de la forme parfaite retrace un désir d'être "inattaquable": esthétiquement (netteté parfaite et lumière subtilement étudiée), socialement (les banquiers et hommes d'affaires toujours bien habillés), commercialement (les tomates sans goût mais si jolies à l'oeil, si attirantes), techniquement (la plupart des films commerciaux ne sont qu'une série d'effets spéciaux forçant l'admiration, par exemple la 3D parfaitement imbécile).
J'aime être toujours attaquable, critiquable?



Je lis en ce moment des textes pleins de questions dérangeantes sur la pensée et l'art dans la république de Weimar (période politique en Allemagne précédant le nazisme). Cette période a eu des peintres qui m'émeuvent fortement (Grosz, Dix et les autres) qui ont tenté de travailler sur le cynisme de l'époque, en le mettant en scène, ou en le critiquant, ou en le poussant à l'extrême, et encore et encore? Ils n'ont pas réussi à faire sourdre une réaction à la vague montante qui se préparait à submerger la société mais ils ont tenté quelque chose avec leur art.
La pensée et l'art n'influencent presque rien en politique. Mais ils peuvent ouvrir quelques cheminements différents dans les esprits, et les cheminements des esprits sont une des forces de la politique.
Je ne vois aucun intérêt à l'art, dans ma vie, si ce n'est de travailler sur la vie des esprits et la vie de la cité, à une échelle terre à terre, quotidienne et presque naïve.




Je ne pense pas que nous vivions une époque d'enthousiasmante évolution des sociétés et je ne peux que me consacrer à tâtonner avec mes images et mes textes tout en songeant aux interactions avec le monde.
Cela paraît probablement lourd mais c'est mon érotisme créatif.
En un certain sens, vous me servez de cobayes dans mon laboratoire d'interactions avec le monde et la pensée.

Mes superbes rats de laboratoire, fidèles compagnons (en dépit des tortures auxquelles je vous soumets)
MERCI INFINIMENT DE VOTRE PRESENCE, DE VOTRE REGARD ET DE VOTRE ECOUTE !

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1454_g2.jpg

13.06.2010 - le cimetière à la campagne

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1453_g2.jpg

12.06.2010 - je suis heureux de cette relation sauvage

Un créateur doit-il être gentil ? doit-il faire plaisir ? doit-il rassurer ?

Ce que je dis n'est souvent ni particulièrement agréable à entendre, ni acceptable dans la logique de l'époque. Je n'ai donc aucune chance de rencontrer l'assentiment d'un grand nombre et je n'attends rien de tel.

C'est un choix sans équivoque, et je suis heureux de cette relation sauvage qui s'installe entre nous.

Tout compte fait c'est assez sincère, entre amis? je m'en voudrais de vous raconter des choses que je ne pense pas, auxquelles je ne crois pas.

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1452_g2.jpg

11.06.2010 - Dieu avait-il un concept formel ?

Tomate jolie livrée par un concepteur de forme pour satisfaire à des critères visuels
et tomate difforme livrée par la nature dans sa démesure érotique et désordonnée.

Dieu avait-il un concept formel à la veille de lancer sa création au premier jour ?


Un chien andalou, Buuel et Dali, mode de fabrication: pas de schéma longuement pensé, pas de signification psychanalytique, rejet de tout ce qui vient de la culture ou de l'éducation, méthode de choix primitive - "Il fallait que ce soient des images qui nous surprennent et qui soient acceptées par tous les deux sans discussion" - ce qui reste est mis à peu près bout à bout, et voici créé l'objet originel de Buuel - conspué bien sûr par les bien-installés de l'époque, qui n'y reconnaissaient aucune forme connue ni aucun sens perceptible.

"Il n'y a pas de liberté d'expression sans maîtrise technique? "
Il aurait dit ça ? étant devenu célèbre et très écouté ?

Je préfère regarder ses oeuvres? et particulièrement Un chien andalou.

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1451_g2.jpg

10.06.2010 - le centre inexistant

autre concert "noise" ce soir
en sortant à une heure du matin, je tire cette photographie
elle semble bien me plaire à première vue

mais le lendemain je doute des vertus de cette émotion des lumières dans la nuit, romantisme facile, me semble-t-il

j'y reviens pourtant, plus tard? au fond je trouve quand même quelque chose dans l'aspect noirâtre de cette image, centre inexistant comme une inquiétude qui s'accroche à ton corps

mais va savoir ce qu'elle m'apportera demain ou après-demain !

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1450_g2.jpg

09.06.2010 - "et les inquiets seront rassurés" (Genèse - 4732-129-444)

hier soir? double concert
et discussion à midi avec francis
sur l'équilibre du fond et de la forme

salle minuscule

premier groupe bien mais gentil
cette présence "vous avez vu comme je me donne de la peine?" m'attriste
même impression qu'avec les photographies léchées techniquement sans que cette perfection n'ait de nécessité expressive

puis 2 longs maigres aux longs cheveux installent leurs guitares
à peine une rupture entre le sound check et le concert
présences fantomatiques
mais bon dieu qu'est-ce qui fait tout à coup que ces deux-là envahissent l'espace ?

ensuite 2 heures au centre d'un nuage d'orage, noir et mythique

musique et art "noise"
pas forcément orienté vers le niveau de bruit

MAIS PLUTOT VERS L'IDEE DE FAIRE DU BRUIT PLUTOT QUE DE LA MUSIQUE
DU BRUIT PLUTOT QUE DE L'ART

faire du "noise", du bruit
c'est refuser de donner à celui avec qui tu face à face
les structures rassurantes de ce qu'on appelle la musique
ou la photographie
ou l'art
le mener à plonger dans l'inconnu

non, francis, je n'aime pas
l'équilibre du fond et de la forme

dès que la forme n'est pas en rupture
tu te coules dans le moule
et tu coules les autres dans le moule

après un quart de siècle passé sous le tube ouvert de la mayonnaise à la fraise
que les vendeurs de cacahouètes ou d'art
nous déversent sur le cerveau par millions de tonnes
la première révolte c'est

la prééminence du désir


la forme est une invention des parleurs sur l'art
des vendeurs d'art
des faiseurs d'art à vendre

le désir ne peut être qu'une rupture de la forme
intuitive et violente
une négation de la forme
même si elle contient en germe de la forme

une réelle création bouscule et surprend

la forme c'est ce que l'inquiet en retiendra
quand la répétition médiatique et la consécration accordée à l'auteur
l'auront habitué à la chose
l'auront adoucie
quand la violence sera devenue forme

la forme c'est ce qu'utiliseront les copieurs
pour profiter à bon marché
du désir jeté dans un objet ou une oeuvre

"et les inquiets seront rassurés" (Genèse - 4732-129-444) ajouta le seigneur en étendant les mains en signe de bénédiction?

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1449_g2.jpg

08.06.2010 - je ne sais pas?

je ne sais pas?
je ne sais pas si cette image est fabriquée, vraie, fausse
je ne suis même pas bien certain de la technique utilisée
et ne cherche pas à savoir

ne pas savoir? quel luxe sublime

pas de google big brother? pas de procureur au crâne rasé? pas de diseur de vérités artistiques? pas de google street view? pas de politicien marketé par un spécialiste en communication? eux qui voient tout et croient tout savoir et tout maîtriser

je ne sais pas

juste une image

[exposition à l'espace ford - usine - genève]

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1448_g2.jpg

07.06.2010 - exposition en rond

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1447_g2.jpg

06.06.2010 - petite exposition dans ma poche de pantalon

j'aime les images de déchets
quand l'oeil
discutant avec le corps et l'âme
regarde passer cette image
il se dit
"oh-ho? belles couleurs? nourriture? nature.. . jolies herbettes?"

"eh ! merde ! le salop ! c'est une poubelle ?"

et c'est là que s'initie le dialogue de la pensée avec le corps
"c'est étrange? que j'aie aimé ça ? les poubelles? ne seraient-elles pas immuablement dégueulasses ? mais alors? peut-être? à la rigueur? les mendiants Roms non plus?"


[vie et fonctionnement d'une image entrant dans un corps à un certain moment de l'histoire - sur une image de Francis Traunig]

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1446_g2.jpg

05.06.2010 - enfin te mouvoir dans un espace de liberté

quand tu te retrouves pris entre les feux
pris entre des visages
qui ont des regards
mais pas de logique
pas de signification évidente?

alors tu peux enfin te mouvoir
dans un espace de liberté
et de création intérieure

je trouve que les photographes
devraient éviter de révéler
les contextes qui pourraient
"faire comprendre" l'image
lui enlevant ainsi
son mystère et sa portée

[vie et fonctionnement d'une image entrant dans un corps à un certain moment de l'histoire - sur une image de Michel Bruno]

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1445_g2.jpg

04.06.2010 - l'espace entre une machine et un humain

entre une image qui tente de te vendre quelque chose
( un produit, une perfection technique, de la célébrité )
et une image qui simplement parle
il y a tout l'espace entre une machine et un humain

[sur une image de Amsatou Diallo]

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1444_g2.jpg

03.06.2010 - retrouver la lumière

sortir au dehors pour revivre
encore craintif
retrouver la lumière

mais pas la malsaine de l'écran

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1443_g2.jpg

02.06.2010 - et un seul spectateur? moi

enfin je remarche dehors
dans la nuit qui a des odeurs
pas comme les écrans de télévision
et je finis par retrouver un espace
qui se montre enfin vrai

le jaune pétant industriel
le gris sale du passé
le tag tourbillonnant

un seul rayon de lumière
venu de je ne sais vraiment pas o
et un seul spectateur? moi

plutôt que la vomissure télévisuelle
et ses millions de projecteurs et de spectateurs

[eurovision - trajet des images violeuses dans des millions de corps obéissants]

https://objets.netopera.ch/upj_maxjacot/upj_maxjacot1442_g2.jpg

01.06.2010 - eurovision - DEUIL ENCORE

deuil pour le sens des images
mort à jamais sur les écrans




>> Envoyer un commentaire à la rédaction PhotOpera