GE - Une photo par jour

Francis Traunig



un mois d'images

Pour parcourir les images de l'auteur: la présence de l'auteur au long des années du site est visible et cliquable sur la droite.

  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2015
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2016
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2017
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2018
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2019
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2020
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2021

Juin 2011

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1858_g2.jpg

30.06.2011 - Genève - 07 heures 50

Mais pourquoi ses genoux se touchent-ils quand elle marche ?
Pourquoi celui-là est-il accablé par sa gueule enfarinée ?
Pourquoi rire met de bonne humeur ?
Pourquoi l'un donne-t-il l'impression de tomber en arrière alors qu'il avance et que l'autre c'est le contraire ?
Pourquoi la lumière manque quand elle n'est pas là ?
Pourquoi faut-il qu'il tripote son missel touts les matins en allant au boulot ?
Pourquoi faut-il qu'ils arrosent la rue alors qu'il pleut ?
Pourquoi prétend-t-il que le plus beau moment de la journée sont les 55 minutes qu'il passe à vélo pour venir jusqu'ici ?
Pourquoi ce besoin de chatouiller avec ses mots les dessous de bras de l'ami gay ?
Pourquoi un camion de quinze tonne livre un paquet qui tient dans la main ?
Pourquoi l'imaginer insulter le Seigneur au moment de jouir ?
Alors pourquoi me refuse-t-il le plaisir de l'inviter ?
Pourquoi faut-il du café dans la bouche pour noyer les rêves qui collent à la langue ?
Pourquoi les animaux ne mangent-ils pas à table comme nous ?
Mais pourquoi le fleuriste s'engonce-t-il dans une veste trop courte pour lui ?
Pourquoi le besoin rassurant du rituel ?
Pourquoi appeler PAPILLON une machine à nettoyer les rues qui pollue, qui est bruyante comme une scie circulaire de menuiserie et accule à la faillite les marchands de balais et au chômage ceux qui les utilisent.

Pourquoi, après avoir bu mon café, lu, ris et parlé n'ai-je jamais vu ce signe accroché au sémaphore ? Tous les jours, j'emprunte une portion du chemin de Saint Jacques de Compostelle !

(Et à gauche du palmier, sur l'îlot du passage clouté, en civil et incognito sous la couronne de sa calvitie, l'évêque du diocèse de Fribourg, Genève et Vaud).

Jamais, Grand Dieu, je n'aurais pu imaginer cheminer un jour avec un évêque sur le Chemin de Saint-Jacques?

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1857_g2.jpg

29.06.2011 - Genève - 12 heures 23

...ça s'est plus ou moins bien terminé. Nous avons finalement retrouvé le bout de pouce manquant dans l'assiette des frites. Mais Léon au moins sait dire : "Couteau coupe..."

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1856_g2.jpg

28.06.2011 - Genève - 18 heures 29

"Lorsque je visite une catin, ce n'est pas le plaisir ou sa chair que je paie. Non, mon argent achète le droit précieux de lui tourner le dos quand je lace mes chaussures et de m'en aller sans devoir descendre la poubelle."

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1855_g2.jpg

27.06.2011 - Troinex - 20 heures 01

-?si je l'épouse, c'est elle que j'épouse, pas sa famille.

-Oui, c'est vrai, il a raison.

-Moi je pense que? ah ! voilà les frites? ce qu'il fait chaud, on va lui demander de déplacer un peu le parasol.

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1854_g2.jpg

26.06.2011 - Collonges - 14 heures 32

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1853_g2.jpg

25.06.2011 - Lancy - 16 heures 44

« Quand on se couche on est deux, mais quand on rêve on est seul ».

Proverbe populaire portugais.

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1852_g2.jpg

24.06.2011 - Lausanne - 21 heures 21

Bonheur !

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1851_g2.jpg

23.06.2011 - Choulex - 22 heures

22 heures !

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1850_g2.jpg

22.06.2011 - Genève - 21 heures 04

Machine à projeter les rêves.

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1849_g2.jpg

21.06.2011 - Genève - 10 heures 55

Doux ballottement des certitudes accrochées à des bouées enchainées à la vase.

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1848_g2.jpg

20.06.2011 - Genève - 20 heures 02

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1847_g2.jpg

19.06.2011 - Choulex - 17 heures 59

Aujourd'hui Michel Bruno fête ses 5 ans sur www.unparjour.ch
53 ans sur la planète terre.
Les 185 bougies de la naissance de la photographie.
Il fête aussi ses 200 000 mille ans environ d'appartenance à l'espèce humaine.

Mais comme le dit très simplement Vassili Grossman en exergue de son roman Vie et Destin : Tout passe.

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1846_g2.jpg

18.06.2011 - Genève - 22 heures 44

Temple de la Madeleine :

Un nain se colle au mur du temple. Devant lui un public compact, debout, qui n'a pas trouvé de place assise est traversé par le souffle d'une cantate de Bach. Deux adolescents s'enroulent dans les bras l'un de l'autre à deux pas du nain. Ils se lèchent les babines délicatement. Juste devant moi, une jeune femme, physique d'ado, chaussée Nike, se déhanche, étire les bras, fait des pointes, remonte la jambe comme un flamand rose au repos pendant que Bach, divinement, s'essore le c?ur dans nos oreilles.

Une heure plus tard, la jeune femme aux airs d'ado, pieds nus, en robe bleue, se déhanche devant la croix. Un sax et le grand orgue se courent après. Des nuages bleus sont projetés sur l'abside, à l'endroit même, o il y a 47 ans mon père était allongé pour rejoindre Bach.

Sans lui, son petit-fils n'aurait pas 20 ans aujourd'hui.
Sans Bach, il y aurait probablement moins de nains dans les églises?

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1845_g2.jpg

17.06.2011 - Genève - 17 heures 24

Ce matin, juste au moment de quitter la maison, un sms me rappela que je ne m'étais pas acquitté de ma redevance mensuelle à SANTESANA. Il était impératif que je fasse un virement bancaire rapidement sous peine d'être mis en poursuite, sinon menacé d'une saisie à domicile. De surcroît, l'assureur signala, injonctif, qu'il était interdit à quiconque de se trouver sur la voie publique si l'on ne s'était pas enduit au préalable de crème SOLESANA.

L'utilisation des produits SOLESANA, reconnus d'utilité publique par le parlement, a été rendue obligatoire il y a quelques années déjà, et, qui s'expose au soleil sans s'être enduit de SOLESANA est passible d'une forte amende, pouvant, en cas de récidive, aller jusqu'à une peine privative de liberté.

Ce produit empêcherait le développement de certains cancers.

De fréquents et inopinés contrôles sont effectués dans la rue, dans les entreprises, parfois à domicile, et chacun doit alors pouvoir prouver qu'il a acheté, dans le mois courant, son pot de crème dans un MERCADOSANA, distributeur affilié à SANTESANA

SOLESANA est un des nombreux sous produits du holding SANTESANA qui a absorbé il y a quelques années, Nestlé, Procter, Hofmann la Roche, Serono, des banques et une demi-douzaine des plus grands groupes d'assurance.

SANTESANA a le monopole mondial des MEDICALIMENTS, contrôle l'eau douce de la planète, et vient dernièrement de racheter les derniers grands glaciers en Suisse pour en garantir la pérennité. SANTESANA a investi des milliards d'Euros dans un réseau de pipe-line qui fournit directement l'eau douce aux consommateurs à domicile. L'accès à ce réseau - ACQUASANA - est obligatoire, avalisé par le gouvernement et le conseil des médecins. Cette eau, d'une qualité irréprochable, peut-être adaptée aux besoins de chacun à partir de la source.

En effet, les dossiers médicaux des assurés, gérés par une puissante banque de données permettent de personnaliser très précisément la teneur en médicament que le réseau ACUASANA peut dispenser à ses clients.

Les valeurs préventives et curatives d'un tel système de distribution de médicaments via le réseau de distribution de l'eau, permet à la société civile d'économiser des milliards et de modérer de manière substantielle la hausse des coûts de la santé. (SANTESANA est par conséquent largement subventionné par l'état).

Pour préserver la salubrité publique, boire aux fontaines, aux ruisseaux, récolter de l'eau de pluie est évidement punissable par la loi. Des peines de prison sont applicables en cas de récidive.


A court de crème je me suis alors enduit de vaseline pour me rendre au MERCADOSANA le plus proche pour acheter un pot de SOLESANA. La caissière me fit savoir qu'elle se voyait dans l'obligation de me facturer une taxe de dépassement d'échéance parce que je n'avais pas acheté mon pot dans les délais prescrits. Taxe qui pourrait cependant être évitée à l'achat de dix pots, me fit-elle savoir sans lever les yeux de son écran sur lequel elle suivait du doigt l'historique de mes achats.

Ce que je fis, parce que d'abord je sais calculer et que ça m'évitera un relèvement du seuil de la franchise si jamais j'ai un cancer.

Je suis alors rentré chez moi avec mes pots en me disant : « Ils ont essayé de m'avoir, mais c'est moi qui vais les empapahouter, je revendrai quelques pots avec un bénéf et pourrai peut-être enfin m'offrir une petite bouteille d'eau de contrebande? »

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1844_g2.jpg

16.06.2011 - Genève - 11 heures 21

Façade de l'United European Bank.

Pendant ce temps.

« On est là pour dire NON à la politique d'austérité ! »

« Reconstruire ? Réaménager la dette ? Par sur le dos des travailleurs. »

« Brader le secteur public ? Jamais ! »

Papandréou a viré son ministre des finances - dit la radio - parce que trop porté sur la cure d'austérité pour assainir les finances de la Grèce qui vont à-vaux-l'eau.

C'est le bon sens qui prévaut - dit une voix de l'opposition.

Pendant ce temps, le pompier de service, bracelet électronique à la cheville lit les aventures de Batman à New York. Peut-être. Peut-être qu'il regarde un documentaire sur les Bonobos sur Discovery Channel, peut-être pas. Peut-être qu'il se dit : Ouf, j'ai enfin trouvé la porte de sortie pour échapper à cette tragédie. Qu'ils se démerdent sans moi. Peut-être qu'au contraire, ou peut-être rien du tout, sinon, chacun pour soi?

Pendant ce temps le parlement vote une loi qui menacerait d'un an de tôle les chauffards de la route qui dépasseraient du double la vitesse autorisée.

Au même moment, le bureau de l'égalité, saisit le Conseil d'Etat genevois et cherche à censurer une vidéo qui prône le développement durable au sein des 15000 fonctionnaires du canton, parce qu'une des protagonistes arbore un décolleté trop généreux.

Dans les écoles primaires, le Vous remplace le Tu.

Pendant ce temps, en coulisses, l'Autorité se chauffe la voix et nous promet, pour son come-back, un beau solo.

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1843_g2.jpg

15.06.2011 - Genève - 14 heures 50

Sous la plage, l'alu !

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1842_g2.jpg

14.06.2011 - Genève - 14 heures 16

-Mon lapin s'appelle Gribouille. Il n'est pas intéressé par la photographie. Non. Il préfère les carottes. En cage ? Jamais, il n'aime pas être enfermé.

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1841_g2.jpg

13.06.2011 - Léman - 19 heures 54

Jarretière : Sangle qui sert à saisir une drôme dans une embarcation.

Lamanage : Pilotage restreint aux ports, baies, rade et rivières de peu d'importance. Dans la coutume d'Oléron, le pilote s'appelait loman, c'est à dire homme du lof (côté du vent); on en a fait laman, puis lamaneur.

Oreilles d'ane : Cuillers en tôle permettant d'augmenter le débit d'air entrant par les hublots.

Paille de bitte : Tige de fer traversant la tête d'une bitte pour empêcher la chaîne ou l'aussière de décapeler.

Poulaine : Partie extrême avant d'un navire : lieu d'aisance de l'équipage.

Rocambeau : Cercle en fer garni d'un croc, servant notamment à hisser la vergue d'une voile au tiers et à amurer le point d'amure du foc le long de son bout-dehors.

Teugue : Partie couverte du pont supérieur avant, constituant un gaillard d'avant o les hommes de l'équipage peuvent s'abriter.

Femelots : Pentures à deux branches embrassant l'étambot ou le gouvernail et représentant des logements pour recevoir les aiguillots.

Galhauban : Cordage en chanvre ou en acier servant à assujettir par le travers et vers l'arrière les mâts supérieurs.

Hale-bas : Petit cordage frappé au point de drisse des voiles enverguées sur des drailles et qui sert à les amener.

Itague : Cordage passant par une poulie simple et sur lequel on agit à l'aide d'un palan pour augmenter la puissance. Chaîne retenant un coffre et maillée au point de jonction des chaînes des ancres de corps-mort.

Jambettes : Montants, bouts d'allonges qui dépassent le plat-bord d'un bâtiment et sur lesquels on tourne des manoeuvres ou on prend un retour. Pièces de bois ou de fer légèrement inclinées et retenant les pavois.

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1840_g2.jpg

12.06.2011 - Marchissy - 14 heures 37

Destin vache qui finira saucisse.

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1839_g2.jpg

11.06.2011 - Choulex - 20 heures 15

Pensées, rencontres et balivernes :


Qu'est ce qui inaugure l'état de conscience ?

De sentir la présence de l'automne rôder au milieu de l'été ?

?

Lolita passe sur le trottoir, se fige, me regarde lécher ma glace - sorbet chocolat noir - elle se rapproche, s'agrippe à mes genoux et presque indécemment, se tortille en bavant.

-Lola, Lola, crie sa maîtresse, laisse le monsieur manger sa glace.

Mais le carlin ne lâcha pas son idée ni mes genoux.

?

-La pluie a fait du bien à la nature.
-Oui
-J'ai changé mon frigo.
-?
-J'ai des gros bacs o je mettrai les framboises du jardin.
-Tu as soif ?
-Laura a appelé
-Et toi ça va ?
-Oui

?

Surpris une banane et une tomate se raconter leur vie.

?

Qu'est ce que l'élégance ? me demande-t-il.

-Euh !?! réponds-je.

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1838_g2.jpg

10.06.2011 - Genève - 23 heures 14

?je jouai au dé avec un chien qui s'appelait étincelles, (tracassé qu'il ne me l'avale à chaque fois qu'il le prenait dans la gueule, je le prévins : si en le recrachant tu fais un six, je fais de toi un Hot-Dog). Il fût d'abord question d'apprivoiser l'inopiné. Moi Je, dis l'un, Moi aussi rétorqua l'autre sous l'?il attendri d'un plat de fromages qui se trémoussait les couennes. La délicatesse se ramollit aux effluves du vin rouge que chacun goûtait avec une feinte modération.

-A poil cria un grossier, voulant faire rire? Le malotru qui me ressemblait était manifestement tenté de faire la nique aux conventions.

-Et si on créait une ligne de slips? lança un autre

Je pensai en mon for intérieur : « Punaise, on en sortira jamais?. (moi non plus d'ailleurs), puis me mis à rire - car rien ne m'est plus anxiolytique que le rire - et éclaboussai les autres de ma joie avec la même vigueur qu'étincelle lorsqu'il sort de l'eau et s'ébroue?

Puis vint le silence, pour nous permettre de reprendre pied et le souffle. Les regards, boules de billards, rôdaient sur la table, faisant tinter les verres de vin à moitié vides. Les mains se baladaient comme des crabes affamés lancés à l'assaut des plats de viandes qu'ils pillaient sans vergognes. Les bouches, encombrées de nourritures, mastiquaient les points d'interrogations qui cherchaient à prendre leur élan sur le tremplin de la langue, et, on pouvait, en collant son oreille contre la mâchoire de son voisin, les entendre crisser sous la pression des dents.

Quelle soirée !

Très furtivement, peut-être suite à une ivresse collatérale provoquée par une voisine (hélas à ses dépends), ivresse qui infiltra mes tréfonds, je me mis à souhaiter être réincarné en soutien-gorge - si en l'occurrence, les phénomènes de réincarnation pouvaient être prouvés par le cyclotron du C.E.R.N.

N'avait-on pas réussi l'exploit, la veille, de mettre en boîte des parcelles d'antimatière pendant onze secondes ?

Pourquoi, par conséquent, ne pas essayer avec les rêves ?

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1837_g2.jpg

09.06.2011 - Genève - 09 heures 23

Dieu nous laboure la chair pour y ensemencer le verbe - c'est lui qui le dit, plus malin : me le fait dire - Parfois, distrait par le bordel provoqué par ses géniales créatures (dont nous sommes) il fait un écart. Oups ! le sillon devient balafre? et c'est alors la tristesse et l'amertume qui irriguent le Verbe.

PUTAIN DE VIE !

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1836_g2.jpg

08.06.2011 - Genève - 10 heures 42

Je pense à toi?. à ces mots que tu dois aligner tous les jours pour tes lecteurs. Au sens, bien sûr, à la cohérence, à la bonne facture de ce que tu écris. Enorme travail, épuisant sans doute, sachant en plus que ton texte, sinon qu'il doit intéresser le plus grand nombre, doit aussi se caser dans un espace donné, le même, à chaque fois.

Alors bien sûr que les historiettes que tu glanes au quotidien ont parfois aussi peu de sex-appeal qu'une pelle à gâteau, mais ton ton - c'est ça avoir du métier - arrive à nous distraire d'un clin d'?il. Et d'une mièvrerie tu fais un moment de joie, d'une rencontre avec un fâcheux, tu nous rappelles que le soleil toujours revient.

Chapeau Françoise.

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1835_g2.jpg

07.06.2011 - Lausanne - 18 heures 59

-Oh, génial, comment va ? super de t'revoir?des jumeaux, mais oui, j'me souviens, mais à part ça, à part ça ? comment, comment tu, comment? tu as un boulot ? ton boulot, c'est quoi ? télé, télé quoi ? m'wouais, non, moi non plus, tu l'as revu ? génial, vraiment génial? à une autre fois, oui, bien sûr?

Foule ce soir ! se laisser porter par elle comme sur un matelas pneumatique?

-Salut Daniel... vraiment, bravo ! tiens Dédé est là ? je vais luis serrer la pince? tu le connais lui ? bonjour Monsieur ! salut comment tu vas ? on se tutoyait ? si vous voulez, j'ai encore le bouquin que tu m'as envoyé?.vraiment bien?j'ai adoré?à propos, découvert Saramago, grandiose, une émotion, comment dire? une émotion à te mettre sur le toit?Samarago ou Saramago ? portugais, prix Nobel, à tomber? j'en ai un, là dans mon sac, tiens, prends-le tu me le renverras avec l'autre.

Salut !

Les amis, encore, Balthazar qui rampe sur la moquette, se faufile derrière un radiateur. Mais en fait, les vernissages m'ennuient. On se harponne, on se renifle, on s'effleure. On se dit des trucs au sujet d'un machin et le contraire tout de suite après, un peu plus loin, avec d'autres. Je le connais, mais oui, c'est?. il sortait avec cette blonde? comment elle s'appelait ? ah ouais : Désirée, Désirée? elle le portrait foutûment bien son prénom? portait ? elle doit le porter encore? on change quand même pas de prénom parce qu'on change de mec?

-Ouah, non vraiment bien, vraiment canon, à bientôt.

J'ai le ciel au fond de mon slip, mais personne ne le voit, fait soixante kilomètres à moto pour venir ici, trempé de la tête aux pieds, sens le chien mouillé et vais me faire rincer pour le retour, sans doute, la pluie c'est tenace, mais c'est un peu stupide de penser que la pluie a une volonté, une volonté de ténacité, (lui l'a, qui fait du plat à cette jolie jeunette en la rongeant des yeux comme un os à moelle), non la pluie n'est pas tenace, ce soir elle est mouillée et fraîche.

Saramago, c'est ça, Saramago ! L'expo est belle, superbement montée.

-Bonjour, Tcho, Salut, vous vous connaissez ? Non. Ben voilà, c'est fait.

-Au revoir.

Alors me revient une fulgurance olfactive au milieu de ce ballet social : l'odeur d'éléphant qui m'a tellement surpris en arrivant à Lausanne à moto. Tellement forte cette odeur que j'étais prêt à freiner d'un coup si d'aventure le pachyderme, dont mes naseaux sentaient la présence, s'avisait à me couper la route.

Mais de pachyderme, point.

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1834_g2.jpg

06.06.2011 - Genève - 11 heures 01

Taxi, le chaton si mignon il y a peu, câlin et joueur, est devenu un mâle agressif et indépendant qu'on va castrer.

Dompter la Nature pour ne pas qu'elle nous déborde a toujours été le propre de l'homme.

Si on savait apprendre aux chats mâles la modération, il y aurait déjà moins de voitures de sport dans les garages des villas des vétérinaires.

Mais modérer les ardeurs des canards, voilà bien encore autre chose. Les asiatiques, les très pragmatiques Chinois en particulier, ont résolu le problème de la surpopulation de canards : ils les laquent.

Peut-être qu'alors laquer les chats seraient moins cruel que de les castrer ?

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1833_g2.jpg

05.06.2011 - Choulex - 14 heures 51

Mais l'inconvénient avec les témoignages, quelle que soit leur prétention à la vérité, c'est leur manque de précision dans les détails et leur restitution passionnée des événements? La prolifération des témoignages de second ordre ou de troisième que certains ont copiés, d'autres ont transmis sans soin, que certains ont répétés par ouï-dire, d'autres les ont modifiés dans les détails en toute bonne ou mauvaise foi, que certains ont librement interprétés, d'autres les ont rectifiés, que certains ont propagés avec une indifférence totale, d'autres les ont proclamés comme la vérité unique, éternelle et irremplaçable, ces derniers étant les plus suspects de tous.

L'Histoire du siège de Lisbonne (cité dans Les Disparus). De José Saramago

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1832_g2.jpg

04.06.2011 - Choulex - 22 heures 47

L'illusion fait la fête en dodelinant des hanches.

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1831_g2.jpg

03.06.2011 - Genève - 20 heures 10

Why not ne pas démontrer - DSK, le 6 juin - que nous ne sommes que des marionnettes suspendues aux fils de nos hormones, (câbles pour certains) qu'actionnent le Créateur, et que même les canards (mâles) en sont victimes - et que c'est eux, avant tout, qui devraient être assignés en justice.

Et qu'enfin soit convoqué le Créateur, qu'on le fasse venir à la barre pour qu'il s'explique une fois pour toute pour toute cette gabegie causée par son incompétence à régler correctement le carburateur hormonal.

Zut, à la fin !

Alors ? DSK, canard ou victime d'un mauvais réglage de carburateur ?


« Il cache bien son jeu, ce petit salopard d'emplumé. Oubliez le couple romantique qu'il forme avec sa dame cane, le canard cache l'âme d'un ignoble violeur. La nature l'a doté d'un engin maousse, en moyenne une vingtaine de centimètres de long - jusqu'à 42,5 cm en érection chez une espèce argentine (Oxyura vittata) - dont il n'hésite pas à se servir avec violence. Au repos, il le planque à l'intérieur de son corps pour ne pas donner l'alarme, et ressembler à la majorité des autres volatiles mâles qui se contentent d'un cloaque (les malheureux !).

Cette particularité anatomique est connue depuis longtemps, mais il aura fallu attendre Patricia Brennan, écologiste de l'université de Yale, pour un peu mieux comprendre la sexualité des anatidés. L'article scientifique qu'elle publie ce 23 décembre dans la revue Proceedings of the Royal Society B . surprendra même le Père Noël. Chez les canards, la guerre des sexes s'est traduite, au fil de l'évolution, par une guerre du sperme au moyen d'organes sexuels extravagants.

Pour bien comprendre l'affaire, un rapide cours d'éducation sexuelle est nécessaire. Chez tous les animaux (l'homme y compris), les stratégies reproductives du mâle et de la femelle s'opposent. Le premier ne cherche qu'à dispenser son sperme au maximum de femelles possible pour que ses gènes se répandent dans un grand nombre de descendants. Tandis que la deuxième, chargée d'élever les enfants, sélectionne avec grand soin le futur père afin de ne pas se faire refiler des gènes de deuxième choix. C'est que, tout au long de sa vie, elle ne peut élever qu'un nombre limité de petits. C'est donc une perpétuelle bagarre entre mâles et femelles pour assouvir, chacun, ses besoins bien spécifiques.

Le canard a choisi d'agir sans le consentement de la belle

Peu porté sur le baratin amoureux, le canard a choisi voilà très longtemps d'agir sans le consentement de la belle quand la situation l'impose. D'o l'adoption d'un pénis, de plus en plus long et de plus en plus efficace. Essayez donc de forcer une femelle avec un cloaque ! Très consciencieuse, Patricia Brennan a filmé la manoeuvre avec une caméra vidéo opérant à grande vitesse. On voit l'agresseur grimper sur la cane, puis sa verge se déployer avec le caractère explosif d'un airbag. En moins d'une demi-seconde, elle jaillit dans la plénitude de sa forme, spiralée comme un tire-bouchon, pénètre dans l'orifice récalcitrant, fait son dépôt, puis se retire flagada.

La principale découverte de Patricia, c'est que la cane n'est pas du genre à se laisser faire. Seulement, au lieu de se livrer à une prise de bec contre son violeur, elle la joue subtil. Au fur à mesure que le pénis de son partenaire s'est allongé, elle a développé un vagin plein de chausse-trappes et de culs de sac. Lui aussi est spiralé, mais en sens contraire du pénis, pour s'opposer à la pénétration. "Cette coévolution découle du conflit entre les sexes pour s'emparer du contrôle de la fertilisation" explique-t-elle. Patricia a pu tester l'efficacité de la stratégie féminine en présentant au pénis du mâle des tubes de différentes formes. Quand ceux-ci convenaient, le phallus se déployait efficacement. Au contraire, quand le tube imitait l'intérieur d'une femelle, le déploiement ne pouvait pas s'opérer. Encore une fois, c'est la femelle qui a le dernier mot !

À tous ceux qui voudraient me reprocher l'utilisation, par facilité, du mot viol, je les approuve par avance. Sachez tout de même que chez les animaux, la copulation forcée n'est qu'une stratégie parmi d'autres. Pas de connotation morale donc.»


Source : Le Point.fr - Publié le 23/12/2009 Frédéric Lewino

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1830_g2.jpg

02.06.2011 - Choulex 14 heures 02

-Léon va avoir un an et bientôt se tiendra debout pour le reste de sa vie. Roman nous a fait un beau dessin.

-Tartes aux poireaux, aux abricots, balade avec la marmaille et trottinette dans les vignes.

-Strauss-Kahn, sujet de palabres.

-Première promenade du Fuji X100 (Un client de Tonio - Europhoto) a souhaité mesurer la radioactivité du sien avant d'en prendre livraison.

-Suite à une cyber-attaque ciblant de hauts fonctionnaires américains lancée depuis la Chine, les Etats-Unis s'apprêtent à considérer ce type d'intrusions informatiques comme des « actes de guerre » susceptibles de rétorsions économiques allant jusqu'à envisager des frappes aériennes classiques.

-La Nature glougloute de bonheur d'avoir été arrosée.

-Une pensée en passant pour le Christ qui a pris l'ascenseur pour l'éternité -il y a bien longtemps.

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1829_g2.jpg

01.06.2011 - Genève - 15 heures 26

Huit degrés à l'aube. Les montagnes alentours sont poudrées de neige et Viktor est de retour.

  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2015
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2016
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2017
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2018
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2019
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2020
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2021



>> Envoyer un commentaire à la rédaction PhotOpera