GE - Une photo par jour

Francis Traunig



un mois d'images

Pour parcourir les images de l'auteur: la présence de l'auteur au long des années du site est visible et cliquable sur la droite.

  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2015
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2016
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2017
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2018
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2019
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2020
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2021
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2022

Août 2009

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1190_g2.jpg

31.08.2009 - Genève - 11 heures 56

Photographier - c'est l'art de laisser de côté.

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1189_g2.jpg

30.08.2009 - Troinex - 19 heures 12

L'aventure d'être vivant !

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1188_g2.jpg

29.08.2009 - Genève - 12 heures 15

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1187_g2.jpg

28.08.2009 - Genève - 13 heures 20

Kamasutra - page 42

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1186_g2.jpg

27.08.2009 - Calvingrad - 21 heures 21

Louable et intelligente tentative de rendre Calvin plus humain, Calvin dont on fête la naissance il y a 500 ans, Calvin l'intransigeant, Calvin père de l'économie moderne capitaliste, celui par qui la place financière genevoise a pu déployer ses ailes et conquérir l'Amérique. Promoteur génial de la notion de culpabilité/responsabilité - sans aucun doute terreau de la psychanalyse moderne. Pourtant Calvin se meurt, sa doctrine avec lui. Son héritage n'est plus que pièces de théâtre, livres commémoratifs et colloques studieux. Mais Calvin reviendra. C'est sûr ! Calvin qui n'est peut-être pour l'instant qu'un enfant innocent et travailleur - trouvera dans son époque de quoi alimenter le feu de sa foi et rallumer les bûchers.

A Islamabad ?
Dans l'Arkansas ?
A Lausanne ?
A Pékin ?

C'est pour cette raison qu'il faut soutenir les pompiers, mettre des extincteurs dans les bibliothèques et faire lire Darwin aux créationnistes.

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1185_g2.jpg

26.08.2009 - Genève - 10 heures 26

Isabelle en star-conchita sous les feux de la rampe.

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1184_g2.jpg

25.08.2009 - Choulex - 21 heures 46

?et pendant ce temps l'orage éclatait.

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1183_g2.jpg

24.08.2009 - Bienne - 12 heures 13

L'historiette de l'image. Une histoire triste, bien sûr, qui finit mal :

Vendredi Saint.

San Lorenzo Tezonco est un quartier situé au sud ouest de la périphérie de Mexico city. C'est une région parsemée de zones industrielles et de cités-dortoirs, peuplées de pendulaires chassés du centre ville par la spéculation immobilière. Le caractère villageois de San Lorenzo, pourtant, semble résister à la pression urbaine et c'est toujours aux abords immédiats de l'église que se déroulent les fêtes et les célébrations, entremêlements de rites préhispaniques et de catholicisme. De toutes les fêtes religieuses - avec le jour des morts, en novembre - ce sont les festivités pascales qui drainent le plus vaste public.

Cent cinquante acteurs du quartier et des alentours sont mobilisés. Un âne, vingt chevaux et une quarantaine d'enfants de dix ans complètent le tableau. Chacun s'occupe de sa tenue - à ses propres frais, pour les seconds rôles. D'anciennes familles, la paroisse et certains commerçants soutiennent la fête - en espèce, en nourriture, en vêtements - pour lui assurer sa pérennité. La commune met à disposition le matériel de sonorisation, se charge du transport de l'âne, offre des oranges et de l'eau à tous les participants.

C'est en septembre de chaque année, lors de la messe dominicale, que le curé recrute pour les prochaines célébrations. Les volontaires se retrouveront plusieurs fois par semaine pour faire des essais de voix, se voir attribuer un rôle, si ce n'est un avancement pour les figurants de l'an passé. Il faut être vierge pour être Marie, avoir un physique imposant pour être bourreau, bien retenir son texte et le dire d'une voix claire pour incarner Ponce Pilate. Le rôle principal ne peut-être attribué que trois fois de suite - exception faite pour Fernando, qui cette année, a dû remplacer au pied levé le Jésus choisi par le comité.

N'est pas Jésus qui veut. Le rôle est exigeant : il faudra traîner une croix de bois de plus de cent kilos sur plusieurs kilomètres. Etre capable d'endurer les coups : des lanières découpées dans des chambres à air cinglent le dos de l'acteur. Mais ces qualités valent bien peu si le candidat n'a pas une taille, un physique avantageux et un système pileux fourni (chauves et protestants s'abstenir). Il doit avoir entre 22 et 35 ans. Au final, c'est une moralité exemplaire exempte de vices qui fera du postulant l'élu. Le comité d'organisation reste intransigeant sur ce dernier point.

Vendredi Saint : Fernando n'a pas mangé, ni bu. Il est incarcéré dans une petite chapelle attenante à l'église avec pour seule compagnie son double en fibre de verre. Ce Christ grandeur nature semble apitoyé par le sort réservé à Fernando. Le public défile devant la cellule gardée par deux légionnaires adolescents, chaussé pour l'un d'une paire de Nike à la place de sandales, dérive qui fait rager les anciens du comité, mais qui n'altère en rien l'aplomb du soldat. Vers midi, on traîne brutalement Fernando, enchaîné, sur l'esplanade, devant l'église.

Ils lui ôtèrent ses vêtements, et le couvrirent d'un manteau écarlate. Ils tressèrent une couronne d'épines, qu'ils posèrent sur sa tête, et ils lui mirent un roseau dans la main droite; puis, s'agenouillant devant lui, ils le raillaient, en disant: Salut, roi des Juifs! Et ils crachaient contre lui, prenaient le roseau, et frappaient sur sa tête. Après s'être ainsi moqués de lui, ils lui ôtèrent le manteau, lui remirent ses vêtements, et l'emmenèrent pour le crucifier.

Matthieu (27 :21)




Le cortège se met en route, un tambour bat la cadence, lugubre. Tout au long du parcours le public est contenu par des cordes et un service d'ordre efficace. Beaucoup se signent au passage de la procession. L'émotion est à son comble. On pleure. Fernando s'épuise, s'effondre. On ne sait plus si le réel déborde le récit, si c'était écrit qu'il doive s'effondrer, ou si c'est parce qu'il s'effondre que c'est écrit. Jésus écrasé par sa croix, est plaqué sur le goudron brûlant, on aimerait l'aider, du moins aider Fernando, épuisé par sa charge, exténué par son rôle. Le cortège redémarre de manière inattendue, les fouets claquent, certains figurants renâclent, le public se mêle au cortège, on crie, un cheval sans cavalier passe au galop?

Trois mille personnes sont massées devant le Golgotha de San Lorenzo. Fernando, recru de fatigue, mort de soif, est couché à plat ventre dans la poussière au sommet de la butte. La tension est retombée. Moment de flottement, de relâchement. Les figurants boivent, sucent les quartiers d'orange offerts par la commune. La sonorisation tombe en panne. Les apôtres et une kyrielle de jeunes vierges se regroupent en prières autour de Marie en larmes. Les marchands ambulants sillonnent la foule qui se protège du soleil, ça et là, sous des parapluies. La sonorisation, crépite, crachote et fonctionne à nouveau. A ce signal, une quinzaine de jeunes soldats vigoureux dresse la croix sur laquelle est crucifié Jésus mais au moment o la croix s'enfonce d'un coup sec dans son logement, le socle sur lequel repose Fernando se décloue. Suspendu par les bras en croix, la douleur le fait s'arc-bouter. Une clameur immense monte de la foule. Il est soutenu par la plante des pieds par des dizaines de mains pendant que d'autres reclouent le support.

Après les Sept Paroles prononcées et le coup de lance fatal, Fernando perd connaissance. Deux ambulanciers en faction se frayent un chemin entre les acteurs et plaquent rapidement une échelle en aluminium contre la croix. On descend Fernando en douceur à l'aide de longues pièces de tissu blanc passées sous les aisselles. Il est déposé sur un brancard pour y être ranimé.

Au même instant, à Ixtapalapa, à quelques kilomètres de San Lorenzo, un million de personnes assistent mots pour mots, au même scénario. Ce haut lieu de la célébration Pascale attire des mexicains de tout le pays, des touristes étrangers de passage et éclipse par son gigantisme toutes les autres mises en croix - qui sont florès au Mexique. Cette année la procession la plus médiatisée du pays à failli dégénérer en affrontement avec les forces de l'ordre : la légion romaine s'est vu empêcher l'accès au Calvaire par la police mexicaine qui tentait, sans distinguer les acteurs des spectateurs, de refouler la foule agglutinée aux pieds sanglants du fils de Dieu.

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1182_g2.jpg

23.08.2009 - Carre d'Aval - 13 heures 24

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1181_g2.jpg

22.08.2009 - Choulex - 18 heures 58

D'une fleur cueillie à l'autre offerte
l'inexprimable rien.


Giuseppe Ungaretti

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1180_g2.jpg

21.08.2009 - Genève - 14 heures 52

Soyons fauve.

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1179_g2.jpg

20.08.2009 - Genève - 23 heures 51

Mais qui se cache sous le masque?

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1178_g2.jpg

19.08.2009 - La Léman - 20 heures 01

Faire frissonner la peau du lac pour éclabousser la canicule.

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1177_g2.jpg

18.08.2009 - Genève - 13 heures 12

Michel est dans le ton - sinon dans les teintes - mais est-ce de bon ton de mettre en scène l'harmonie des couleurs pour faire passer le graveleux comme joyeux ? Les Pâquis c'est ça. C'est racoleur. Ca clignote, fricotte, ça roucoule, ulule sur les trottoirs, les regards parfois affolés comme des gyrophares?

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1176_g2.jpg

17.08.2009 - Choulex - 20 heures 40

Les dreads ?

Effet de mode grégaire ? Proclamation d'indépendance ? Terrorisme capillaire contre la raie et le peigne ? Effets collatéraux du Reggae et de ses tenants ?

Je ne sais toujours pas.

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1175_g2.jpg

16.08.2009 - Choux - 11 heures 25

Territoires?

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1174_g2.jpg

15.08.2009 - Choux - 17 heures 59

Cinquante deux ? Quarante sept ? Ne me souviens plus du nombre d'invités aux soixantes ans de Christiane et de Georges. Invités de qualités ! Deux, tout particulièrement : deux agneaux innocents passés à la broche, dépecés par deux vieux loups qui se sont déguisés en agneaux pour leur faire la peau !

C'est Bora-Bora dit l'un - avec les pives de sapins à la place du corail - répliquait l'autre?

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1173_g2.jpg

14.08.2009 - Genève - 14 heures 51

C'est un sacré boulot que de convoquer les mots pour faire danser les images.

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1172_g2.jpg

13.08.2009 - Genève - 16 heures 01

Lorsque les hormones envoient jouer l'innocence dehors.

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1171_g2.jpg

12.08.2009 - Zurich - 14 heures 21

"Manger plutôt qu'être mangé."

Aphorisme de commerçant zurichois

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1170_g2.jpg

11.08.2009 - Genève - 19 heures 25

Baignade amniotique.

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1169_g2.jpg

10.08.2009 - Gy - 19 heures 58

?alors soudain, sur le bord de la route, il me faut bien cinquante mètres pour intégrer ce que je vois, et freiner, juste avant GY, un paon nous regarde passer. Les amis avec qui je suis ne comprennent pas bien, imaginent le pire, parce qu'en plus je n'arrive pas tout de suite a mettre un nom sur ma vision : je pense d'abord à un faisan, à un héron, ou une caille puis à un paon mais me ravise parce que les paons ne se tiennent pas sur les bords des routes du vignoble genevois à regarder passer les voitures. Mais les faits sont têtus : « C'est un paon, paon, c'est un paon ! ». Incrédule je m'avance, fixe le volatile, sors l'appareil, mais à ce geste il se détourne, détale - reste une image floue de mon galop après l'oiseau - un peu de bonheur qui s'en va à pied sans faire la roue?

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1168_g2.jpg

09.08.2009 - Genève - 14 heures 40

Treize francs les deux minutes !

Les intermittents du spectaculaire bientôt au chômage ?

Message subliminal du double XX chromosomique qui renforcerait le premier degré du : « Viens t'envoyer en l'air ! ».

Pourquoi ces images de femmes fatales plastronnées ne fâchent-elles pas plus les gens attentifs au respect mutuel homme-femme ?

Peut-être parce qu'à force d'être gavés par les frasques de Papounet, d'être ébahis par les conquêtes de Talonnettes, des pipes que se fait tirer Bill, des enfants illégitimes de François, on ne sait plus vraiment à quel sein se vouer ? et que, puisqu'ils le font, qu'ils érigent en norme la suprématie de l'exocet sur la moule ? nous autres, grégaires comme pas deux, être conviés au festin on aimerait aussi.

Une moule frites garçon !

Pour treize francs, en prime : un bouquet d'odeurs mêlées de fromage froid et de rouleaux de printemps.

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1167_g2.jpg

08.08.2009 - Genève - 22 heures 29

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1166_g2.jpg

07.08.2009 - Choux - 20 heures 28

Joyeuse soirée champêtre près de Choux chez Christiane et Georges - grand broussard africain, spécialiste de la Namibie et du Botswana.

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1165_g2.jpg

06.08.2009 - Lac Léman - 11 heures 21

Entre le lac de Genève et le lac Léman. Pile au centre!

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1164_g2.jpg

05.08.2009 - Lac Léman - 21 heures 39

Frémissements sur levé de lune au large de partout.

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1163_g2.jpg

04.08.2009 - Erlach - 12 heures 39

Le tortueux chemin de la sève vers la lumière.

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1162_g2.jpg

03.08.2009 - Choulex - 20 heures 49

Une poire mange une abeille.

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1161_g2.jpg

02.08.2009 - Les Avants - 11 heures 28

Retour en plaine - en caisson de décompression sur rails.

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig1160_g2.jpg

01.08.2009 - Château-d'Oex - 21 heures 26

"Sur nos monts quand le soleil?" devant un jeune public conquis.

  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2015
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2016
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2017
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2018
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2019
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2020
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2021
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2022



>> Envoyer un commentaire à la rédaction PhotOpera