GE - Une photo par jour

Danielle Magny



un mois d'images

Pour parcourir les images de l'auteur: la présence de l'auteur au long des années du site est visible et cliquable sur la droite.

  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2006
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2007
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2008
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2009
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2010
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2011
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2016
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2017
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2018
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2019
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2020
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2021
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2022

Avril 2012

https://objets.netopera.ch/upj_daniellemagny/upj_daniellemagny166_g2.jpg

30.04.2012 - Mon éphéméride à moi... :)

On ne gagne pas à tous les coups. Cette année je n'ai pas gagné. Et puis, je participe au journal communautaire de Preissac, bénévolement depuis 10 ans pour le simple plaisir d"écrire, de raconter. Alors je n'écris certainement pas dans le but de gagner mais principalement parce que j'aime ça. Sauf que, lorsque la qualité d'un de nos textes est reconnue, ça fait toujours un p'tit v'lours ... :) Après tout, troisième au Québec, ce n'est pas si mal ... :)

Après un arrêt de plus d'une année et demie parce que je ne voyais plus assez pour écrire, je reprenais cette activité en Novembre 2010, un mois après avoir été opérée pour des cataractes aux deux yeux.

Ciel d'Afrique et pattes de gazelle, ce que c'est génial de voir à nouveau, de ne plus buter sur le moindre caillou ou la moindre inégalité du sol... :)

Voici le texte qui m'a été inspiré à la suite de cette pièce de théâtre à laquelle j'ai eu le bonheur d'assister.

Texte publié en novembre 2010 dans le journal communautaire l'Alliance de Preissac, membre de l'association des médias écrits communautaires du Québec (AMECQ).


La folle odyssée de Bernadette.
Un voyage à travers le temps qui est passé par chez nous.


Bernadette Turcotte, son mari, le frère de son mari et la femme de celui-ci ainsi que leurs enfants de 5, 3 et 2 ans et un poupon ont entrepris, il y a cent ans, un voyage, par les eaux, qui les mena du lac des Quinze au Témiscamingue jusqu'à Amos. Navigant à bord de deux canots et «portageant» entre la rivière «Ottawa» vers la Kinojevis, sur 10 milles jusqu'au portage Gendron et un petit lac (le lac Vaudray) et un ruisseau de 25 milles de long tout croche. Parvenir ainsi à la rivière Bousquet et sur le lac du même nom. Ils poursuivirent leur route dans un orage terrifiant à travers le lac Chassignol puis le lac Preissac pour trouver finalement refuge sur le site de la mine de molybdénite de Monsieur Bob Sweezey que l'on peut situer entre le chemin des Peupliers et le chemin de la Montagne. Ils se dirigèrent ensuite vers le lac Cadillac. Puis, après un long et difficile portage ils atteignirent le lac Malartic et le lac Lamotte. Leur périple prit fin avec leur arrivée à l'endroit où la transcontinentale traverserait la rivière Harricana et deviendrait la ville d'Amos, le 15 octobre 1910, 22 jours après le départ des rives du lac des Quinze.

Le journal de Bernadette Thomas épouse de Joseph Turcotte.

Cette histoire nous est contée aujourd'hui grâce à Bernadette qui avait tenu un journal de leur voyage décrivant les moyens de transports ou les paysages grandioses de l'Abitibi sauvage d'il y a cent ans. Une Abitibi sans route, sans habitant ou si peu. Des autochtones connaissant la région depuis des siècles, des prospecteurs explorant ce grand territoire, des ingénieurs et des travailleurs de chantiers qui préparaient le terrain pour recevoir la voie ferrée qui relierait notre coin de pays au reste du continent. Des visionnaires aussi comme Joseph, le mari de Bernadette, et son frère Ernest qui voulaient être installés dans leur magasin pour recevoir les gens quand arriveraient les familles au printemps de 1911 pour «ouvrir les terres» et développer tout le potentiel que laissait entrevoir l'immensité d'un pays neuf. Un endroit où, bien sûr, il y eut parfois de grandes déceptions mais aussi et surtout un endroit où tout semblait possible à qui y croyait.

Les noms des lacs dans le journal de Bernadette sont bien souvent ceux que leur attribuaient les autochtones. Cette toponymie locale donne la merveilleuse impression de voyager dans une contrée mystérieuse, inconnue, majestueuse, fabuleuse. «...après le dîner nous continuons notre route jusqu'au premier rapide de cette rivière... Nous arrivons au lac Kakaké qui a 5 milles de longueur... nous continuons jusqu'au grand lac Kewagama. Il a 20 milles de longueur et nous devons attendre que le vent s'apaise ...» Dans cet extrait nous nous trouvons à la hauteur de la rivière et du lac Bousquet (lac Kakaké) ainsi que les lacs Chassignol et Preissac (grand lac Kéwagama).

Une performance remarquable.

Dès les tous premiers instants, la magie opère. L'assistance entière apprécie tant le jeu des acteurs que le récit. Les effets apportent juste ce qu'il faut pour soutenir les propos des personnages. Nous nous retrouvons voyeurs de la vie simple de ces rêveurs sur le perron de leur cabane en bois rond à Nord Témiscamingue discutant de ce projet, un peu fou, de tout quitter, une autre fois, pour tenter l'aventure de l'Abitibi. Puis une carte s'éclaire et montre le trajet de lacs en rivières, en ruisseaux, en lacs, en portages, en rivières... au fil des pages du journal que Bernadette écrit devant nous alors que prennent place deux canots chargés d'enfants, de femmes, d'hommes et de 2 tonnes de marchandise.

Une force créatrice hors du commun.

Le projet de création de cette pièce avait vu le jour au mois de juin dernier. Le délai était court. Toutefois, à en juger par le résultat, on peut avoir encore plus d'admiration envers l'auteur qui a su si bien saisir les moments mémorables de cette histoire mais aussi la mise en scène et les comédiens dont un petit garçon de 5 ans tout à fait étonnant et une charmante fillette qui ont assurément sacrifié une bonne partie de leur été afin d'offrir au public une performance qui n'a rien à envier aux plus grands. Plus qu'un simple moment agréable, la folle odyssée de Bernadette est un voyage extraordinaire à travers une région comme on ne l'a pas vue depuis longtemps. Vivement une prochaine présentation de la folle odyssée de Bernadette.

Par Danielle Magny

https://objets.netopera.ch/upj_daniellemagny/upj_daniellemagny162_g2.jpg

29.04.2012 - Malartic, ville minière à 25 km de l'endroit où j'ai grandi à Cadillac ... Au début des années 1930, plusieurs villes et villages en Abitibi avaient adopté ce genre de façade. Aujourd'hui, il en reste très peu sur le territoire abitibien ...

Aujourd'hui, Malartic connaît un essor sans précédent.

Le projet de la minière OSISKO aura transformé à jamais la configuration de cette municipalité. Un immense mur anti-bruit, anti-poussière fut érigé.

Plus de 200 maisons ont été démolies ou déménagées. Deux écoles primaires sont aussi passées sous le pic des démolisseurs.

La minière a reconstruit le bâtiments démolis. Ça donne une très bonne idée des profits que compte empocher la minière dans ce projet de mine à ciel ouvert le plus important en Amérique du Nord.

Richard Desjardins, poète, auteur-compositeur-interprète, cinéaste et grand défenseur de la nature a questionné sévèrement les façons de faire de ces grandes compagnies dans un film intitulé "TROU STORY" ...

https://objets.netopera.ch/upj_daniellemagny/upj_daniellemagny159_g2.jpg

28.04.2012 - St-Dominique-du-Rosaire, Québec

L'Abitibi-Témiscamingue a dans ses petits coins cachés, des petits bijoux de ponts d'une époque révolue ...

On conserve précieusement ces structures du passé ... qui, en fait, n'est pas si lointain, à peine 100 ans ... :)

https://objets.netopera.ch/upj_daniellemagny/upj_daniellemagny158_g2.jpg

27.04.2012 - Ursus americanus

L'OURS NOIR ?

Ours noir
Ursus americanus ?
American black bear
Distribution géographique ?


Mensurations ?
La taille du mâle est légèrement plus grande que celle de la femelle.
? Longueur totale du corps: 1,4 à 1,9 m
? Longueur de la queue: 8 à 15 cm
? Hauteur au garrot: 60 à 105 cm
? Longueur à la naissance: 15 à 20 cm

Poids ?
? Poids moyen du mâle: 135 kg, mais peut atteindre 280 kg
? Poids moyen de la femelle: 70 kg mais peut atteindre 140 kg
? Poids à la naissance: ente 170 et 280 g

Description ?
Beaucoup plus petit que ses cousins, l'ours grizzly, l'ours brun et l'ours polaire, l'ours noir avec sa charpente trapue et massive n'en demeure pas moins imposant. Il est doté d'une musculature extrêmement puissante qui impose le respect à tous les prédateurs de la forêt. À l'exception de son museau pointu, plutôt brunâtre et parfois d'une tache blanche sur sa poitrine, son pelage est tout noir, long et raide, ce qui donne une fausse impression de sa taille réelle. Sa tête est garnie de petits yeux noirs et d'oreilles courtes et plutôt arrondies. Son abondante fourrure dissimule une queue courte. Plantigrade comme les humains, les pieds de l'ours noir sont recouverts de poils longs et abondants et pourvus de cinq doigts avec de griffes redoutables bien adaptées au fouissage et au retournement de souches et de racines; il est le seul ours d'Amérique à pouvoir grimper aux arbres. Bien que sa vue soit plutôt faible, il demeure quand même habile pour déceler les mouvements dans son environnement. Par contre, son ouie et son odorat compensent largement pour la faiblesse de sa vue, ce qui lui permet de trouver facilement sa nourriture et prévenir les dangers.

Habitat ?
L'ours noir voyage souvent dans les brûlis et les broussailles mais sa préférence va surtout pour les grandes forêts mixtes et denses de conifères et de feuillus. Bien que l'été il a tendance à restreindre ses déplacements, à l'automne et au printemps, son domaine vital peut atteindre plus de 100 km, mais comme sa soif n'est jamais complètement assouvie, il se tient toujours à proximité d'une source d'eau.

Abri ?
L'abri de l'ours noir, la "ouache", une francisation du mot algonquin "wic" ou "wac", est assez sommaire. Il s'agit tantôt d'une grotte à flanc de colline, tantôt d'un creux dans un gros arbre, d'une souche renversée ou même des branches basses et bien garnies d'un conifère.

Régime alimentaire ?
L'ours noir est un omnivore qui mange à peu près tout ce qui lui tombe sous la dent. On estime cependant, que 75% de sa nourriture est constituée de végétaux. Le printemps, comme la végétation est plus rare, il se satisfait de carcasses de chevreuils, d'orignaux et de caribous morts durant l'hiver et s'attaque parfois à des nouveaux-nés. Il enrichit ses repas de petits mammifères, et comme il ne dédaigne pas la charogne, ses visites au dépotoir se multiplient. L'été, son menu se compose surtout de feuilles, de plantes et de racines, mais sa préférence pour les petits fruits est frappante, particulièrement les bleuets, les fraises, les cerises bien mûres, les pommes et les baies d'amélanchier et de sureau. L'automne, ce sont les petits fruits secs comme les glands, les noisettes et les faînes qui constituent son régal quotidien. Et au fil des jours et des saisons, il complète pitance d'insectes comme les fourmis et les sauterelles, de larves, de poissons, parfois d'un oiseau et du miel qu'il pille volontiers dans le creux des arbres, bien protégé des piqûres d'abeilles par sa fourrure très dense.

Comportement ?
L'ours noir est surtout actif du crépuscule à l'aurore sans pour autant que le jour n'interrompe complètement ses activités. À part la femelle qui vit avec ses oursons la majeure partie de l'année, il préfère la solitude. Animal intelligent et curieux, sa timidité et sa prudence naturelle l'invite habituellement à garder ses distances des humains. En cas de danger, ce marcheur lourdaud mais silencieux, peut se déplacer avec une vitesse surprenante pourvant atteindre 50 km/h et grimper aux arbres avec une grande agilité. Pour identifier un danger et se protéger, il se déplace face au vent. Bien qu'on ne l'entende que rarement, il peut émettre des grognements ou des reniflements. La femelle avertit ses petits du danger par une sorte de "jappement" sonore suivi d'un cri plaintif.
Excellent nageur, l'ours noir peut facilement traverser rivières et petits lacs lors de ses déplacements dans son domaine vital. Au gré de ces périgrinations quotidiennes, il marque son territoire en laissant la trace de ses griffes sur le tronc des trembles, des bouleaux.
Au début de l'automne, il se met à la recherche d'un refuge pour l'hiver. Durant le mois de novembre, avec l'arrivée des premières neiges et lorsque le froid s'installe pour de bon, il s'y blotit confortablement et entre dans un état d'hibernation; la température de son corps s'abaisse légèrement, son rythme cardiaque ralentit et il n'a plus que 2 à 4 respirations par minute. Prudence, cependant, il peut sortir de ce sommeil hivernal s'il est dérangé suffisamment. Durant les longs mois d'hiver, il ne mange pas; la graisse accumulée au cours de l'été lui permet de survivre.
L'ours noir sort de ce sommeil hivernal dès les premiers signes du printemps, à la fin de mars ou au début d'avril. Il quitte alors son abri et se met immédiatement à la recherche de nourriture.
Reproduction ?
En préparation

Longévité ?
En milieu naturel, l'ours noir vit en moyenne entre 10 et 15 ans. En captivité il peut atteindre 25 ans et parfois plus.
Prédateurs ?
À part les chasseurs et les trappeurs, l'ours noir connaît très peu de prédateurs naturels; on prétend qu'en de rares occasions, une meute de loups peut oser l'affronter.


Situation des populations ?
En préparation
Rapports avec les humains ?
En préparation
Petite histoire ?
En préparation
Jos Leloup raconte ?
En préparation

Le courrier de Jos Leloup
Si cela peut t'aider, et quand c'est possible, je me fais un plaisir de répondre à tes questions sur l'ours noir, à condition que tu ne me demandes pas de réaliser ton devoir. Tu peux également me faire part de tes expériences ou de tes trouvailles. Au plaisir!
Jos Leloup

Sites Internet à consulter ?
Faune et flore du Pays
Musée canadien de la nature
La faune du Québec
Zoo sauvage de St-Félicien
Wikipédia
Ressources naturelles et faune Québec
Artisanat indien.com
L'encyclopédie canadienne
Musée Redpath
Il parle avec les loups
Service Québec
Nature Wildfacts (anglais)
Animal Diversity Web (anglais)
Ecozones terrestres du Canada

Mise à jour mai 2008
© L'Animalier

https://objets.netopera.ch/upj_daniellemagny/upj_daniellemagny154_g2.jpg

26.04.2012 - Qu'il pleuve, qu'il vente ou qu'il neige ... mais pas tout en même temps

https://objets.netopera.ch/upj_daniellemagny/upj_daniellemagny152_g2.jpg

25.04.2012 -

https://objets.netopera.ch/upj_daniellemagny/upj_daniellemagny147_g2.jpg

24.04.2012 - L'hiver résiste

https://objets.netopera.ch/upj_daniellemagny/upj_daniellemagny145_g2.jpg

23.04.2012 - Mon ami Jo a apporté le souper ... :) D'la visite comme ça ... :) Anytime ... :)

AU MENU:

Fondue chinoise avec:_---_ Orignal
___---___---___---___---___ Perdrix
___---___---___---___---___ Crevettes
___---___---___---___---___ Boeuf


La technologie du cellulaire a encore des limites ...
Parfois, il faut se rapprocher de la fenêtre pour obtenir le signal ...

https://objets.netopera.ch/upj_daniellemagny/upj_daniellemagny141_g2.jpg

22.04.2012 - Dans le sentier ... Mon coin préféré

https://objets.netopera.ch/upj_daniellemagny/upj_daniellemagny136_g2.jpg

21.04.2012 - J'en suis la preuve ...

Qui suis-je ?

Je suis le passage de L'Homme et du temps.

Dans les années 1920 et 1930, durant la colonisation des terres abitibiennes, plusieurs familles avaient élu domicile sur le rang 2 de La Morendière, Québec.

Aujourd'hui, il ne reste plus que des presque poussières ...

Curieux tout de même de parler colonisation quand on sait qu'en fait, le territoire abitibien est habité depuis 10 000 ans par les peuples des PREMIÈRES NATIONS...

En Abitibi, chez les Premières nations, on y rencontre principalement des Algonquins ...

https://objets.netopera.ch/upj_daniellemagny/upj_daniellemagny133_g2.jpg

20.04.2012 - Monsieur Porc-épic

https://objets.netopera.ch/upj_daniellemagny/upj_daniellemagny128_g2.jpg

19.04.2012 - ... jumelles.

https://objets.netopera.ch/upj_daniellemagny/upj_daniellemagny123_g2.jpg

18.04.2012 - Au Nord ... le chemin de l'Algonquin

https://objets.netopera.ch/upj_daniellemagny/upj_daniellemagny120_g2.jpg

17.04.2012 - L'heure du p'tit déjeuner ...

https://objets.netopera.ch/upj_daniellemagny/upj_daniellemagny117_g2.jpg

16.04.2012 - Averse

Pluie. Il en faut, la forêt a soif.

Le Québec est grand. Au sud, ça bat des records de chaleur avec des 28 degrés Celsius et du soleil mur à mur.

500 kilomètres au nord-ouest de Montréal, en Abitibi-Témiscamingue, on se les gèle avec un minuscule 5 degrés au plus chaud...

Le nordet a bien du mordant aujourd'hui ...

Juste pour se donner une idée:

Superficie de la province de Québec = 1 540 680 km carrés

Superficie de l'Abitibi-Témiscamingue = 65 000 km carrés

Superficie de la Suisse = 41 293 km carrés

Un comparatif ... en 1992, il y a 20 ans :

Population de la province de Québec = 6 549 000 h.

Population de la Suisse à la même année = 6 600 000 h.

En 2010: Population de l'Abitibi-Témiscamingue = 145 000 h.

Ce qui donne :

Pour la Suisse, en 1992 :
6 600 000h./41 293km2 pour 159,8 habitants au kilomètre carré.

Pour la province de Québec*, en 1992 :
6 549 000h./1 540 680km2 pour 4,25 habitants au kilomètre carré.

* Notez que la population de la province de Québec habite principalement dans le corridor formé par les 300 premiers kilomètres, au sud. à partir de la frontière avec les États-Unis.

Plus des 2/3 du territoire de la province, au nord, est inhabité ou très peu ...

En 2010, pour l'Abitibi-Témiscamingue :
145 000 h./65 000km2 pour 2,23 habitants par kilomètre carré.

Ai-je besoin d'expliquer plus longuement pourquoi je m'y trouve si bien ...

La sainte paix ... :)


Pour "voir" et connaître un peu mon coin de pays, allez sur :

http://www.tourisme-abitibi-temiscamingue.org/decouvrir-la-region/

http://www.tourisme-abitibi-temiscamingue.org/activites-attraits/sites-attraits

https://objets.netopera.ch/upj_daniellemagny/upj_daniellemagny116_g2.jpg

15.04.2012 - On reprend le chemin du boulot ...

https://objets.netopera.ch/upj_daniellemagny/upj_daniellemagny113_g2.jpg

14.04.2012 - Comme le temps file

Mon beau Yan, 17 ans déjà.

Bien plus grand que moi depuis près de 2 ans.

Il y a plus d'un an que son petit frère, Michaël, a pris cette photographie de lui.

https://objets.netopera.ch/upj_daniellemagny/upj_daniellemagny110_g2.jpg

13.04.2012 - La fin de semaine peut commencer

https://objets.netopera.ch/upj_daniellemagny/upj_daniellemagny106_g2.jpg

12.04.2012 - À proximité

https://objets.netopera.ch/upj_daniellemagny/upj_daniellemagny103_g2.jpg

11.04.2012 - Allez ! Viens jouer !

https://objets.netopera.ch/upj_daniellemagny/upj_daniellemagny99_g2.jpg

10.04.2012 - que revienne le soleil

https://objets.netopera.ch/upj_daniellemagny/upj_daniellemagny95_g2.jpg

09.04.2012 - Bonjour de Bosko di l'Angelo, le petit chien perdu dans la forêt.

Je travaille en forêt depuis 6 ans, au nord d'Amos ...

Depuis que je suis ici, il ne s'est passé que 2 années sans qu'on entende raconté que des gens avaient trouvé des chiens en forêt ...

C'est la manière la plus cruelle, exception faite des chiens battus, de se défaire d'un animal ... Certaines personnes ont même poussé jusqu'à laissé l'animal en laisse à côté d'un bol d'eau et de nourriture ... Ça n'a aucun sens ...

Je souhaite sensibiliser les gens afin de faire diminuer, à défaut de les enrayer, les mauvais traitements qui sont trop souvent infligés aux animaux ...

Alors quand j'ai connu Bosko, j'ai eu envie de raconter son histoire ...

J'ajoute un article paru pour la première fois dans le journal l'Alliance de Preissac, en Mars 2011 ...

L'histoire de Bosko finit bien, certes. Mais combien d'autres ont connu des fins atroces. Si seulement ce court article pouvait empêcher une seule personne de poser le geste d'abandonner son chien en forêt, ce serait déjà une victoire ... Merci !

Si j'avais un voeu ... ce serait que plus personne n'abandonne un animal en forêt ...

Le petit chien perdu dans la forêt. Par Danielle Magny

Début novembre 2010, la journée radieuse est animée à la forêt-école. Des étudiants, des travailleurs s'affairent un peu partout sur le terrain. Un peu avant l'heure du dîner, apparaît à la porte du gardien, dans les bras d'une technicienne, un chiot de quelques mois.

UNE BONNE SAMARITAINE.
L'animal vient d'être ramassé par une automobiliste à quelques kilomètres à peine. Pourtant, les bâtiments de la forêt d'enseignement et de recherche Harricana se trouvent en pleine forêt au nord d'Amos et les plus proches voisins sont à plus de 8 kilomètres. Le jeune chien s'était élancé devant le véhicule de la dame en l'entendant arriver. Elle est venue le déposer à la forêt-école en déclarant qu'elle-même ne pouvait pas le garder et ne se dirigeant pas vers Amos, elle ne pouvait pas, non plus, l'emmener à la SPCA. La pauvre petite bête est visiblement déshydratée et semble avoir passé plus de vingt-quatre heures en forêt. Toutefois, elle est calme et se blottit gentiment contre la poitrine du gardien quand il la prend.

UNE BIEN BELLE B?TE.
Tout indique que le petit chien est un boxer. Sa tête marquée d'un front large couvert d'un pelage formant de fines vagues couleur caramel. Son museau est presque carré, plat et noir. Ses oreilles recourbées et sa queue taillée. Sur son poitrail se dessine, dans des poils blancs crème, un coeur presque parfait. Son corps allongé et fort et ses pattes musclées laissent deviner qu'il deviendra un fier représentant de sa race.

QUI ES-TU PETIT BOXER ?
Des recherches sont entreprises afin de découvrir à qui appartient le petit chien. C'est d'autant plus compliqué que rien n'indique d'où vient la bête, un collier de type étrangleur étant le seul objet se trouvant sur lui. Le gardien téléphone chez Benji, représentant de la SPCA à Amos où on l'informe que personne n'a déclaré de petit boxer disparu et qu'après une période de dix jours, si on n'a pas réclamé l'animal, il pourra le garder. Le petit boxer est alors adopté par le gardien de la forêt-école et résident de Preissac. Ce dernier n'a aucun regret. L'animal est docile et obéissant.

UN BON CHIEN.
Assurément, il aura reçu une bonne éducation avant d'être perdu. Il ne saute pas sur les gens, n'aboie pas pour rien et comprend quand on lui dit non. De plus, il apprend facilement et montre une intelligence vive. Le petit chien adore aussi les ballades en voiture. Installé sur le siège arrière, il se couche et attend sagement d'être à destination. Il est aussi très joueur et plein d'énergie. Il est même un peu taquin. Quand il veut jouer avec sa balle, il vous l'apporte dans sa gueule et dès qu'il voit que vous allez la prendre, il se dépêche de refermer les dents dessus pour l'attraper à son tour. Quatre mois après son arrivée, Bosko Di L'Angelo, tant il est gentil et beau, a maintenant neuf mois. Il fait régulièrement des allers-retours entre Preissac et la forêt-école et coule des jours paisibles auprès de sa nouvelle famille composée du gardien puis de Filou, Cocotte et Pico.

L'ABANDON EN FOR?T DES ANIMAUX DE COMPAGNIE, UNE PRATIQUE À BANNIR.
Loin de faire la promotion de l'abandon en forêt des animaux domestiques, le dénouement heureux de la mésaventure de Bosko fait que l'on ait envie de la raconter. Certes l'histoire finit bien pour Bosko. Il n'a pas trop souffert de son abandon en forêt. Toutefois, l'issue d'un tel abandon est trop souvent fatale pour l'animal. Sans doute avez-vous entendu, au moins une fois dans votre vie, une personne racontant qu'elle était allée «écarter» son chien en forêt en déclarant qu'ainsi il arriverait à se débrouiller pour se nourrir et qu'il serait libre et heureux. Grave erreur !

Sachant que cette pratique est plus courante qu'on pourrait le croire à prime abord, comment se fait-il que l'on entende peu parler de travailleurs forestiers, de chasseurs ou de randonneurs ayant rencontré un chien dans la forêt ? La réponse est simple et pourtant triste et cruelle. C'est parce que la plupart ne survivent pas à un tel abandon. Soit ils meurent de faim, ce qui est long, souffrant et barbare, soit ils se font attaquer par les nombreux prédateurs qui vivent dans la forêt. Au bout du compte, l'animal abandonné aura trouvé la mort dans d'horribles conditions. En fait, ces pauvres bêtes trouvent la mort d'une façon que l'on ne souhaiterait pas à un chien.

https://objets.netopera.ch/upj_daniellemagny/upj_daniellemagny94_g2.jpg

08.04.2012 -

https://objets.netopera.ch/upj_daniellemagny/upj_daniellemagny89_g2.jpg

07.04.2012 - Pico en chasse

https://objets.netopera.ch/upj_daniellemagny/upj_daniellemagny86_g2.jpg

06.04.2012 - Victime des coupures chez Radio-Canada

Les lionnes, émission du matin à Radio-Canada était en onde pour la dernière fois. L'aventure aura duré plus de 7 ans Le budget fédéral de la semaine passée a fait mal à Radio-Canada. Pas le choix on coupe.

https://objets.netopera.ch/upj_daniellemagny/upj_daniellemagny84_g2.jpg

05.04.2012 - Une visite rare

https://objets.netopera.ch/upj_daniellemagny/upj_daniellemagny81_g2.jpg

04.04.2012 - Écouter ... surveiller ... prendre ... recevoir ... regarder ... tweeter ...

?tre à l'écoute des ondes CB ... surveiller la cour ... prendre les appels téléphoniques ... recevoir les utilisateurs ... regarder la neige tomber ... un oeil sur la télé avec "RICARDO" à Radio-Cananda ... et ... tweeter ...

https://objets.netopera.ch/upj_daniellemagny/upj_daniellemagny74_g2.jpg

03.04.2012 - Faut bien apprendre ...

https://objets.netopera.ch/upj_daniellemagny/upj_daniellemagny72_g2.jpg

02.04.2012 - Allez ... au boulot ...

Il y a une différence de 15 minutes ... l'heure imprimé sur le cliché est en avance ...

https://objets.netopera.ch/upj_daniellemagny/upj_daniellemagny69_g2.jpg

01.04.2012 - Vue du camping municipal

Le lac Obalski, accessible par la route 109, au kilomètre 76, étendue d'eau nourrit par le passage de la rivière Harricana à quoi il doit son existence ... Puis ... la rivière Harricana poursuit sa route qui la mènera beaucoup plus au nord pour se déverser dans la Baie James ...

  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2006
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2007
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2008
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2009
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2010
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2011
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2016
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2017
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2018
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2019
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2020
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2021
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2022



>> Envoyer un commentaire à la rédaction PhotOpera