GE - Une photo par jour

Francis Traunig



un mois d'images

Pour parcourir les images de l'auteur: la présence de l'auteur au long des années du site est visible et cliquable sur la droite.

  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2015
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2016
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2017
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2018
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2019
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2020
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2021

Février 2013

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig2658_g2.jpg

28.02.2013 - Genève - 17 heures 11

300 astuces et conseils pour tout nettoyer - 21 jours pour mincir - Devenir âme s?ur - Le bar à soupes - Heureux comme mon chat - Et si c'était à refaire - Nouveauté de Marc Lévy - Toute cette daube vendue à la poste... avec des petites plaquettes de beurre offertes gratuitement aux clients pour mieux faire passer les hausses de tarifs 2013.

La poste, oui, VIVRE ET SAVOURER.

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig2657_g2.jpg

27.02.2013 - Genève - 18 heures 17

Ouf, rien n'est perdu, Philippe Lançon nous aide à voir clair dans les profondeurs du sac à n?uds DSK, page 20, dans Libération, aujourd'hui.

Merci !

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig2656_g2.jpg

26.02.2013 - Prévondavaux - 15 heures 06

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig2655_g2.jpg

25.02.2013 - Genève - 08 heures 29

Flingues et Oscars.

Michelle Obama annonce la victoire d'Argo à la cérémonie des Oscars : Une grande partie des films (américains) nominés dans lesquels les flingues crépitent comme des popcorns ont souvent un goût de revanche sur les mauvais traitements que l'Histoire fait subir aux Etats-Unis.

Le 4 novembre 1979, au summum de la révolution iranienne, des militants envahissent l'ambassade américaine de Téhéran, et prennent 52 Américains en otage. Mais au milieu du chaos, six Américains réussissent à s'échapper et à se réfugier au domicile de l'ambassadeur canadien. Sachant qu'ils seront inévitablement découverts et probablement tués, un spécialiste de "l'exfiltration" de la CIA du nom de Tony Mendez monte un plan risqué visant à les faire sortir du pays. Un plan si incroyable qu'il ne pourrait exister qu'au cinéma.

Puis vient Lincoln, Oscarisé. Une histoire dans laquelle le flingue, (la poudre et les canons), à nouveau, tient un second rôle incontournable et libérateur.

Puis Tarantino Oscarisé. Encore une histoire où le flingue tient le beau rôle. Tarantino qui, avec un cynisme de révisionniste rigolard, sait faire plaisir aux (clients) Blacks en leur offrant un rôle dans la mythologie Western, en signant une énième réécriture de l'Histoire par la fiction.

Vient ensuite Zero Dark Thirty de Kathtryn Below, une femme avec des couilles de mec, dit la légende hollywoodienne :

Le titre de ce film est tiré du jargon militaire et signifie 30 minutes après minuit. Il décrit aussi de manière habile le caractère ?tabou? de cette mission tenue totalement secrète. Ce thriller passionnant est un des favoris pour la prochaine cérémonie des Oscars.

Meilleur second rôle : le Flingue, again and again...

Comment faire pour échapper à l'apologie de la violence et des armes à feu que célèbre ad nauseum une culture qui s'est construite sur un génocide à coups de Winchester

Comment résister à cette violence symbolique du revolver culturel que l'Amérique braque contre la tempe de ses enfants - et qui payent pour se faire frissonner les névroses dans des Multiplexes - en se gavant de Coke et de Popcorns ?

Fuck !

Cinq jours après la tuerie d'Aurora, qui a fait 12 morts et 58 blessés dans un cinéma, Barack Obama a promis de s'attaquer à la violence par arme à feu lors d'un discours tenu à La Nouvelle-Orléans, mercredi 25 juillet. Le président des Etats-Unis a assuré qu'il allait "continuer à travailler" avec le Congrès pour parvenir à "un consensus sur la réduction de la violence", dénonçant des efforts qui souvent "échouent à cause de la politique et des groupes de pression.

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig2654_g2.jpg

24.02.2013 - Marchissy - 12 heures 47

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig2653_g2.jpg

23.02.2013 - Cologny - 07 heures 42

Le samedi, parfois, café-croissant dans une boulangerie sur la route de mon travail. J'y retrouve des habitués pliés sur leur journal qui renvoient à mon bonjour un bonjour marmonné pareil à celui que je dispense au prochain client arrivé.

La serveuse me sert sans me demander ce que je veux, supputant que je tiens à mes habitudes, sporadiques d'ailleurs, en glissant sans un mot de la machine à café vers ma table. Je la gratifie d'un merci dont je ne sais même pas s'il est arrivé à destination - elle est déjà affairée ailleurs et moi dans le journal :


... L'annonce du magistrat a été accueillie par un «yes!» sonore d'amis d'Oscar Pistorius, avant que l'athlète ne quitte la salle, pris de sanglots. Ses proches se sont ensuite étreints et ont formé un cercle, visiblement pour prier. Des membres de la famille de Reeva Steenkamp, la victime, sont restés interdits.

J'enchaîne sur une interview de Bob Wilson par Katia Berger (la fille de John, l'écrivain), arrive un couple d'habitués, même scénario, pas un mot de la serveuse. Je replonge dans le journal :

Que permet le silence au théâtre?

On cantonne trop souvent le jeu d'acteur à son usage de la parole. Si on s'inspire de l'opéra de Pékin, du théâtre Nô, de ce qui se fait en Inde ou à Java, on découvre qu'il existe 250 manières de bouger les yeux. J'ai travaillé avec une star de l'opéra de Taipei qui m'a dit connaître 700 façons différentes de bouger la manche de son costume. Voilà ce qu'est le langage théâtral!


Bob Wilson met en scène Beckett à Genève, on m'a proposé une place, flûte, et j'ai décliné. Je viens d'ailleurs juste de terminer un livre d'entretiens entre Charles Juliet et l'irlandais, d'assister, dans la foulée, à une pièce écrite par Tahar Benjelloun sur une fictive rencontre, à Tanger, entre Samuel Beckett et Jean Genet qui attendent - dans le style Godot - Giacometti en s'astiquant brillamment les neurones.

Le pain sec sur lequel Beckett tartine ses mots me laisse sur ma faim même si je comprends son insoumission à la tyrannie de la rhétorique, du beau, du sens, de l'ornement, etc... C'est un explorateur de la sécheresse qui donne ses lettres de noblesse au mot lapidaire - mais ça m'ennuie, me murmure-je, et recommande un croissant au beurre.

Mange, feuillette et paye.

-Au revoir !
-...

Moins deux degrés devant la boulangerie, je me casque, me gante. Arrive une dame, espagnole ou portugaise, en uniforme d'employée de maison enveloppée dans une courte doudoune marron. On s'est déjà croisés, à chaque fois au moment de sortir de la boulangerie et à chaque fois elle glisse ses piécettes dans la caisse à journaux et va acheter une baguette de pain. Cette involontaire synchronisation de deux mondes inconnus l'un de l'autre m'amuse autant que me fascine sa répétition. Mais qui est donc celui ou celle qui envoie sa soubrette chercher le pain et le journal le samedi matin ?

Dans quel monde vit-il ? Et Pistorius, pourquoi a-t-il tiré sur la porte de sa salle de bain ? Et cette serveuse pourquoi ne prononce-t-elle jamais les mots bonjour et merci ? Et cette femme de chambre a-t-elle lu Godot ? En portugais ? Peut-on lire Godot en portugais ? Je la contemple enfiler les piécettes avec application. Ça dure une éternité. Du Beckett ? Mis en scène par Wilson ? Ils sont en tous les cas dans le journal que va apporter la femme à son employeur.

Je me dégante sors mon appareil photo, déteste photographier les gens de dos, mais vais le faire, dois le faire pour répondre par l'image à toute cette bousculade d'interrogations.

Trop tard ! La scène est vide.

Ne reste qu'une orange posée sur une poubelle.

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig2652_g2.jpg

22.02.2013 - Genève - 11 heures 14

-On peut leur donner des bonbons, si petit ?
-Essaye, je sais plus, me souviens pas bien.
-Tiens, pépé te donne un bonbon !

...

-Fais gaffe, si elle s'étrangle, t'as l'air con.

...

-Elle a quel âge ?
-Six mois.
-Pas de connerie alors, elle est plus sous garantie.

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig2651_g2.jpg

21.02.2013 - Genève - 22 heures 51

Was it a huntsman or a player
That made you pay the cost
That now assumes relaxed positions
And prostitutes your loss?
Were you tortured by your own thirst
In those pleasures that you seek
That made you Tom the curious
That makes you James the weak?

And you claim you got something going
Something you call unique
But I've seen your self-pity showing
As the tears rolled down your cheeks

Soon you know I'll leave you
And I'll never look behind
'Cos I was born for the purpose
That crucifies your mind
So con, convince your mirror
As you've always done before
Giving substance to shadows
Giving substance ever more

And you assume you got something to offer
Secrets shiny and new
But how much of you is repetition
That you didn't whisper to him too


Sixto Rodriguez - Crucify your mind

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig2650_g2.jpg

20.02.2013 - Genève - 15 heures 37

-Yes ! We love Geneva.

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig2649_g2.jpg

19.02.2013 - Dulliken - 11 heures 46

UIrs Hagmann met la clef sous la porte désabusé par la merdification du marché qu'entraîne la pression sur les prix.

Exit son usine, ses dizaines d'employés.

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig2648_g2.jpg

18.02.2013 - Genève - 13 heures 48

-Ca va ? Ce retour ?
-Ouais... ça va, le seul truc qui me perturbe un poil c'est que je me retrouve de plus en plus souvent à table avec des grands-pères et des grands-mères... j'ai de plus en plus de potes dont les mômes font des mômes.
-Hi, hi, hi...
-Belle lumière, allez, bouge pas, j'te tire le portrait.
-Va fan culo !
-...
-Plaisir de te revoir.

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig2647_g2.jpg

17.02.2013 - Prévondavaux - 13 heures 46

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig2646_g2.jpg

16.02.2013 -

Chat et souris, la nièce et l'ami.

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig2645_g2.jpg

15.02.2013 - Genève - 15 heures 28

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig2644_g2.jpg

14.02.2013 - Genève - 17 heures 53

Coeur.

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig2643_g2.jpg

13.02.2013 - Genève - 12 heures 54

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig2642_g2.jpg

12.02.2013 - Genève - 08 heures 01

Censure du livre photographique de Christian Lutz, In Jesus' Name

En 2003, le photographe suisse Christian Lutz (1973) entamait
une enquête photographique sur le thème du pouvoir. Ce travail
se décline en trois volets, dont chacun a abouti à un livre publié par
Lars Müller Publishers : Protokoll (2007), sur le pouvoir politique ;
Tropical Gift (2010), sur l'économique ; et finalement, In Jesus'
Name (2012), sur le pouvoir religieux.

Le premier ouvrage de la Trilogie lance la carrière du photographe
à l'échelle nationale et internationale, en plus de lui valoir de nombreuses
distinctions. Cette reconnaissance sera confirmée par la
série suivante. A ce titre, le Musée de l'Elysée a prévu d'exposer la
Trilogie dans sa globalité de juin à septembre 2013.
Or, à peine sorti, le livre In Jesus' Name est interdit par une
procédure judiciaire. Vingt et une plaintes individuelles, issues
de personnes apparaissant dans l'ouvrage, sont portées contre
Christian Lutz et son éditeur, sous le motif d'enfreindre le droit à
l'image. Le photographe et son éditeur ont comparu devant le
tribunal civil de Zurich, le 24 janvier dernier. La censure est provisoirement
confirmée par voie juridique.

Au coeur du pouvoir religieux

ICF (International Christian Fellowship) est l'une des églises libres
les plus importantes de Suisse. Son succès et son rapide développement
en font un sujet de préoccupation publique. Créée sur le
modèle des megachurches américaines, elle naît à Zurich, à la fin
des années 1990, et rayonne aujourd'hui en Suisse romande, grâce
à une solide implantation à Lausanne et à Genève. Elle gère un
budget considérable et se distingue par des méthodes de marketing
et de communication sophistiquées et performantes.

En mai 2011, Christian Lutz rencontre Leo Bigger, le pasteur du
mouvement évangélique ICF. Celui-ci le met en lien avec d'autres
managers de l'église, à qui le photographe présente également
son projet, ses livres précédents, sa démarche et les enjeux de la
Trilogie. Il reçoit alors le consentement exprès des responsables
qui l'accueillent au sein de leur communauté. Le photographe
demandera cependant encore systématiquement des autorisations
aux organisateurs de chacune des activités d'ICF à laquelle il souhaite
participer et photographier. Il accompagnera divers voyages
et camps de vacances organisés par l'église, et assistera à toutes
sortes d'événements : célébrations, baptêmes, ladies lounge, don
du sang, show de théâtre, atelier sur la dépendance à la pornographie,
etc. Il rencontre les membres de l'église, échange constamment
avec eux et leur parle ouvertement de son reportage.

Christian Lutz, comme pour chacun de ses sujets, s'immerge
totalement et photographie les visages et les individus de près,
tout en respectant une rigoureuse déontologie. Il reçoit un badge
de photo-reporter d'ICF et, régulièrement, des affiliés ou des organisateurs
d'activités lui commandent des images. Il photographie
ainsi au vu et su de tous, chacun connaissant le projet et acceptant
d'en faire partie.


Contacts presse
Musée de l'Elysée
? Julie Maillard
+41 (0)21 316 99 27
julie.maillard@vd.ch
Association de soutien
christianlutz.soutien@gmail.com

Christian Lutz Communiqué 7.02.13

Intérêt public et liberté d'expression.

Au regard de ce qui précède, face à la réaction virulente et à la
censure par voie de justice de In Jesus' Name, Christian Lutz et son
éditeur ainsi que le Musée de l'Elysée expriment leur inquiétude et
leur incompréhension. Cette entrave à la liberté d'expression et de
l'art est d'autant plus surprenante que la photographie pratiquée par
Christian Lutz ne fait que montrer ce qu'il voit. In Jesus' Name met en
lumière, de façon non partisane, le fonctionnement d'une entreprise
religieuse et de l'individu dans ce vivre ensemble. Il semble être le
premier livre d'art consacré au phénomène évangélique.

La réalisation de l'ouvrage a reçu les soutiens de la Confédération
helvétique, de la Ville de Genève et de fondations prestigieuses.
Une série d'images tirées de ce travail a déjà été exposée dans des
institutions reconnues, sans susciter de réaction particulière :
au Musée de l'Elysée, dans l'exposition collective Culture/Contre
culture, de décembre 2011 à janvier 2012, et au Musée de Bagnes,
en été 2012.

Le Musée de l'Elysée défend avec force les photographes, leurs
oeuvres, leur liberté d'expression et leur liberté artistique. In Jesus'
Name transmet un témoignage sociologique, ethnographique et
informatif essentiel et incontestable. Un comité de soutien, dont les
membres sont listés ci-dessous, s'est d'ailleurs rapidement mis en
place pour défendre l'existence globale de ce travail d'intérêt public.
Tout en assurant le respect du cadre juridique, le Musée de l'Elysée
réitère aujourd'hui son engagement en faveur de ses valeurs fondamentales.

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig2641_g2.jpg

11.02.2013 - Genève - 11 heures 56

A Genève, le printemps enfin pointe, si beau, si bleu avec la promesse d'un été radieux.

En travers de la porte du magasin, une pancarte blanche, couverte de grosses lettres bien dodues, prévient : FIXED PRICES - NO DISCOUNT.

Je rentre, je lui dis : « Vous me faites un rabais ! »

Ça ne le fait pas rire.

-Un franc !

-Ça va les affaires ?

-Avec toute cette neige, tout ce bordel en ville, vous voulez rire.

-C'est pour ça que je vous l'achète votre carte postale, elle me remonte le moral.
Allez, à plus !

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig2640_g2.jpg

10.02.2013 - Prévondavaux - 12 heures 56

-J'ai demandé à un urologue si c'était vrai que certains hommes jouissent en mourant. Il m'a dit oui, ça peut arriver. Alors j'ai demandé si les femmes aussi. Mais c'est moins courant, paraît-il.

-... ?!

-C'est le sexe qui mène le monde, c'est la chose la plus forte, la plus puissante. Chez les animaux aussi, chez les plantes, partout le sexe, sinon pas de vies sur la terre.


Petite discussion dominicale chez ma mère - 88 ans - à l'heure du thé.

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig2639_g2.jpg

09.02.2013 - Genève - 08 heures 09

Je sais des choses de lui et lui ignore que je les sais et ça me confère un petit pouvoir dont je jouis. Et cette demi-confession rendue publique - perverse absolution - montre à quel point il est si facile, sans avoir un talent particulier, de s'ébrouer dans le bac à sable du web au dépend de l'autre.

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig2638_g2.jpg

08.02.2013 - Genève - 08 heures 02

J'ai photographié, il y a quelques années déjà, cette mère qui se bat depuis 9 ans pour que sa fille malade puisse bénéficier d'une rente invalidité.

-Mais depuis le temps vous n'avez pas obtenu gain de cause ?

-Si. Mais il reste des détails à régler.

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig2637_g2.jpg

07.02.2013 - Choulex - 06 heures 53

Mais où sont les coccinelles ?

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig2636_g2.jpg

06.02.2013 - Saverne - 14 heures 35

« En Suisse, le réseau de sirènes a été mis sur pied suite à l'ordonnance du 18 septembre 1936 concernant l'alarme pour la défense aérienne. Les tests de sirènes ont été instaurés dans les années 1970. Ils sont devenus obligatoires en 1988. De 1982 à 1990, ils avaient lieu deux fois par an, les premiers mercredis de février et de septembre. Depuis 1991, suite à une intervention parlementaire et en raison du bon état général des sirènes, les essais sur les quelque 8200 sirènes à travers tout le pays ne sont plus effectués qu'une fois par an, le premier mercredi de février, à 13h30 »

Source internet

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig2635_g2.jpg

05.02.2013 - Bâle - 15 heures 35

L'armée française au Mali joue au chat et à la souris pendant que Bâle prépare son Carnaval.

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig2634_g2.jpg

04.02.2013 - Zurich - 10 heures 45

Ce sont probablement les filles des féministes qui posent sur les affiches graveleuses de l'industrie textile juste pour faire chier leurs mères...

C'est ce que je ferais si j'étais bien roulée, la vingtaine et fille de militante.

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig2633_g2.jpg

03.02.2013 - Prévondavaux 13 heures 28

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig2632_g2.jpg

02.02.2013 - Choulex - 19 heures 51

https://objets.netopera.ch/upj_traunig/upj_traunig2631_g2.jpg

01.02.2013 - Genève - 20 heures 18

-Salut !

-Rien !

-Alors salut.

  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2015
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2016
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2017
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2018
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2019
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2020
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 2021



>> Envoyer un commentaire à la rédaction PhotOpera